Croissance : La Chine va aussi tomber en panne

L’estimation de croissance de la Chine est repassée à 9%, une première depuis vingt ans.

Selon les experts, les moteurs de la croissance chinoise qui tournent à fond la caisse, depuis vingt ans sont en train de s’essouffler. C’est du jamais vu dans l’histoire récente. Ce chiffre non officiel, mais repris par les milieux financiers Anglo-saxons, ne fait pas nos affaires. La Chine a connu des trous d’air lorsqu’en 2009 l’occident est tombé en panne. Mais depuis, la Chine s’était très rapidement reprise. Aujourd’hui, il semblerait que le ralentissement soit plus sérieux.

Trois raisons :

-D’une part, les clients de la Chine ne vont pas bien. Les américains et les européens ont freiné leur consommation.

-D’autre part, la Chine a sans doute fait le plein de ce qu’elle pouvait fabriquer pour l’occident. La Chine est présente dans tous les secteurs à faible valeur ajoutée. Il y a donc assez peu de productivité. D’autant que la Chine ne sait pas encore produire des activités sophistiquées. On le voit bien sur l’Airbus et le TGV.

-Enfin, le gouvernement chinois doit faire face à des demandes nouvelles de la part de sa population. Service sociaux, dépollution, croissance verte, retraite, logement…

C’est une situation qui va nous obligé à relocaliser des fabrications. C’est plutôt une bonne chose, sauf que la mutation va être lente. Le problème, c’est que la Chine finance ses clients. La Chine, c’est le banquier du monde.  Elle va moins le faire dans l’avenir. Ca veut dire qu’à terme, on ne pourra plus emprunter pour consommer, on ne pourra plus emprunter encore pour rembourser des vieux emprunts. C’est déjà, un peu ce qui se passe.