FMI : Lagarde candidate favorite des européens

Christine Lagarde semble être aujourd’hui la candidate favorite des européens. Ceci dit, ce ne sont pas les européens qui décident seul. C’est un conseil d’administration avec un faisceau d’intérêt très politique et très contradictoire.

Les américains ont un pouvoir important, parce que ce sont les premiers contributeurs. Les pays émergents ont une énorme influence compte tenu de leur poids dans l’économie mondiale. Je crois que la candidature de Christine Lagarde soulève deux séries de question :

Est-ce la bonne personne ?

La réponse est oui. Elle a l’expertise, la compétence et la notoriété internationale. Elle n’est pas trop politique ce qui peut rassurer le plus grand nombre, contrairement à DSK où l’on sentait bien que les intérêts politiques pesaient sur ses décisions. Enfin, elle est européenne ce qui l’inscrit dans la tradition du FMI qui est depuis la création, dirigé par un européen. Seul risque, des ennuis potentiels aves la justice dans l’affaire Tapis ce qui ferait désordre.

La politique que porterait Christine Lagarde correspondrait-elle aux intérêts du FMI ?

La réponse est beaucoup moins évidente. DSK a placé le FMI au cœur de la crise financière. DSK a mobilisé les moyens du FMI en faveur des pays européens en facilitant l’octroi de prêts massifs. Or, cette politique a rendu service aux européens mais n’a pas toujours donné des résultats probants notamment en Grèce.

Cette politique là, ne fait pas l’unanimité. Beaucoup considèrent que le FMI a une autre vocation. Celle  de prendre en compte le poids des pays émergents. La Russie, la Chine, le Brésil, l’Afrique du Sud, la Turquie ont la prétention de présenter des candidats. C’est vrai au FMI mais ce sera vrai aussi pour toutes les grandes institutions internationales. L’OMC, par exemple, est aussi dirigé par un Français.