L’édito du jour: 2011 en Europe, Objectif dette !

Qu’on se le dise, l’année 2011 va être dominée par la bataille de la dette partout en Europe

L’année 2011 est une année ou les pays européens vont engager la bataille contre l’endettement publique. Même les deux pays les plus solides, la France et l’Allemagne ont des endettements qui dépassent les 80% du PIB, ce n’est pas supportable. On va s’apercevoir dès cette semaine que la France et l’Allemagne ont du mal à trouver des financements. Ils vont avoir besoin de 3 à 4 milliards d’euros. En décembre, ces deux pays trouvaient de l’argent à 2,60% sur 10 ans. Cette année, il faudra payer 3, 36% et ce renchérissement va sans doute s’accentuer.

Alors, pour réduire l’endettement, nous avons deux solutions :

La première c’est la croissance. C’est le principal souci de Nicolas Sarkozy. S’il y a de la croissance, il y a de l’activité, donc moins de chômage, plus de rentrées fiscales. Le problème c’est que la croissance sera molle. On a révisé à la baisse les prévisions de croissance pour les 2èmes et 3èmes trimestres donc les chiffres de l’emploi seront décevants.

On profite mal du dynamisme des pays émergents.

La seconde solution serait la réduction de déficit publique. Il faut passer de 8% à 4 %. Cela implique une diminution des dépenses publiques et sans doute une majorations des impôts,  expliquant l’annonce d’une reforme fiscale importante ce qui en année pré-électorale ne sera pas sans risques. Mais c’est la seule solution pour éviter une spéculation contre l’euro qui aurait des effets catastrophiques. Le président à donc eu raison d’être clair sur ce point : On ne peut pas sortir de l’euro. Ce serait tragique pour tout le monde.

Enfin, au niveau de l’entreprise, il va falloir observer l évolution de deux secteurs qui étaient fortement aides et qui ne vont plus l’être. D’une part l’automobile, était sous perfusion de la prime à la casse qui a été supprimée. D’autre part le bâtiment, qui était aidé et qui va perdre lui aussi beau coup de ses béquilles.