L’info de Midi: La géolocalisation de Google devant la justice !

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a prononcé à l’encontre de Google une amende de 100.000 euros, suite à l’enquête menée contre le géant de l’internet américain sur ses services de géolocalisation (notamment les services Google Maps, Street View et Latitude). Pour mettre en place ce service, Google utilise des voitures équipées de caméras et d’enregistreurs, qui circulent dans les rues et filment le paysage sur 360 degrés.

Mais ces voitures ne collectent pas que des images : « Des contrôles effectués fin 2009 et début 2010 ont permis à la CNIL de constater que les véhicules déployés sur le territoire français captaient et enregistraient non seulement des photographies, mais aussi des données transitant par les réseaux sans fil Wi-Fi de particuliers, et ce à l’insu des personnes concernées », rappelle la CNIL. Des contrôles similaires dans d’autres pays avaient abouti aux mêmes résultats.

Dans un premier temps, Google avait nié avoir collecté des informations sur les réseaux Wi-Fi, avant de faire machine arrière. Le moteur de recherche avait alors expliqué qu’en raison d’un dysfonctionnement du logiciel équipant ses voitures, des données personnelles avaient bien été collectées par erreur. Le moteur de recherche affirme que ces données, parmi lesquelles des identifiants de connexion à des sites Web ou des courriels, n’ont pas été utilisées, et ont été supprimées.

Cette affaire amène à deux réflexions. La première, de savoir à quoi peuvent bien servir les informations captées par Google. S’agit-il de les revendre à des annonceurs ? Et puis, au vu de la supercherie, l’amende de 100 000€ parait bien peu, surtout si on la compare à la capitalisation boursière de Google qui avoisine les 230 milliards de dollars.