Le choc du nucléaire allemand

Vous l’avez découvert hier, l’Allemagne a décidé de sortir du nucléaire d’ici à 2022. C’est une décision politique qui va provoquer une résonnance dont on n’a pas fini de mesurer les conséquences. Je vous rappelle quand même que quelques semaines avant Fukushima, Angela Merkel  prenait la décision de prolonger la vie de ses vieilles centrales. Une décision politique qui n’est pas assumée sur le plan économique.

Comment et par quoi remplacer le nucléaire ?

L’électricité d’origine nucléaire représente actuellement 25% des besoins. Or, les besoins vont doubler dans les dix ans à cause, par exemple, du développement de la voiture électrique.

Pour compenser les allemands vont utiliser:

-le gaz, mais il vient de Russie.

-le pétrole, mais il va coûter de plus en plus en cher.

-l’éolien, mais ça ne sera pas suffisant.

-les importations mais cela sera du nucléaire français !

Quel va être l’impact sur l’économie en général ?

Une augmentation des prix de production, donc une baisse de la productivité allemande. Les allemands s’orientent vers une baisse de consommation, une baisse de croissance, ce qui est l’objectif des mouvements écologistes les plus radicaux.

Cette affaire peut changer les rapports de force en Europe. La France qui est très engagée dans le nucléaire, 75% des besoins, va y trouver un avantage compétitif qu’elle n’avait pas. La France va voir arriver des entreprises allemandes, la France va voir ses coûts de production baisser. C’est une bonne chose pour la France si le gouvernement sait gérer le débat politique et sait donner toutes les assurances à une opinion publique française qui reste inquiète.

C’est un défi aussi aux anti-nucléaire qui vont devoir expliquer comment on fait pour protéger l’environnement, protéger les ressources rares et maintenir la croissance sans nucléaire. Pour l’instant personne ne sait faire.