Le gouvernement enterre le « choc » et propose une « trajectoire » de compétitivité

De peur que son choc de compétitivité ne soit pas très choquant, le gouvernement proposera une « trajectoire de compétitivité ». Après avoir annulé la TVA sociale de Nicolas Sarkozy, il veut convaincre que le coût du travail n’est qu’une partie du problème de compétitivité de la France, mis en lumière par un recul de ses parts de marché dans le commerce mondial plus fort que certains de ses voisins.

Favoriser l’innovation, la montée en gamme des produits français, le financement de l’export et des entreprises ou simplifier les contraintes sont selon lui des leviers au moins aussi importants. En espérant aussi que les partenaires sociaux parviendront en parallèle à ‘moderniser’ le marché du travail.Le coût du travail sera bien baissé mais selon des modalités qui restent ouvertes. « Rien n’est tabou, on regarde toutes les options », a dit une source proche du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. « On regarde tous les impacts macroéconomiques : si c’est pour faire un transfert dont l’impact sera plutôt récessif, ce n’est pas ce qu’on cherche. »