Le Sénat valide les emplois d’avenir

Le Sénat a donné mardi soir à son tour, après l’Assemblée nationale, son feu vert au projet de loi créant des emplois d’avenir pour des jeunes pas ou peu qualifiés, une priorité pour un gouvernement de gauche qui prétend inverser la courbe du chômage d’ici un an. Il devrait être appliqué très vite, avec des premiers contrats d’avenir signés dès le 2 novembre. L’ensemble de la majorité de gauche a voté pour le texte. Quelques UMP comme l’ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, Alain Fouché ou Fabienne Keller l’ont approuvé. Le reste de l’UMP a voté contre l’ensemble du texte mais s’est abstenu sur l’article 2 qui créé des emploi d’avenir professeur. La majorité des centristes s’est abstenue.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, et celui de la Formation professionnelle, Thierry Repentin, ont insisté sur le fait que la France n’a « jamais connu une situation aussi critique pour les jeunes ». Ils ont rappelé que 500.000 jeunes étaient sans formation et sans emploi et que 120.000 jeunes arrivaient chaque année sur le marché du travail sans diplôme et que ce nombre ne cessait d’augmenter.