Les 3 buzz éco à ne pas manquer !

1. Marilyn Manson et Courtney Love deviennent les égéries d’Yves Saint-Laurent. Saint Laurent Paris vient de dévoiler sa nouvelle campagne de publicité mettant en scène Marilyn Manson et Courtney Love, deux icônes trash du rock américain. Les premières photos de Marilyn Manson en icône de Saint Laurent Paris n’ont pas manqué d’étonner les fidèles de la maison de couture. Dans cette campagne, qui porte le nom de « Saint Laurent Music Project », Marilyn Manson et Courtney Love posent sous l’objectif d’Hedi Slimane. Les photos étonnent par leur style très rock (voir négligé) des années 90, en total décalage avec l’image sage et mondaine de Saint Laurent.

2. Gros… succès pour Air Samoa qui facture au poids des passagers ! Une petite compagnie aérienne des Samoa qui établit le prix du billet en fonction du poids du passager, une première mondiale selon elle, affirme que sa formule destinée à lutter contre l’obésité et la hausse des cours du carburant rencontre un franc succès. Les passagers payent entre 1,32 tala et 3,8 tala par kilo (0,44-1,30 euro/kilo). En 2007, un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) révélait que 75% des habitants des zones urbaines des Samoa souffraient de surcharge pondérale et Langton affirme que son initiative a permis une plus grande prise de conscience.

3. Un bout d’étoffe « taché du sang de Louis XVI » aux enchères. Une relique contenant un fragment d’étoffe en lin « taché du sang de Louis XVI », conservée dans un cercueil miniature en acajou et ébène sculpté, a été adjugée mercredi 18.738 euros à l’Hôtel Drouot à Paris. Cette pièce a été achetée par un collectionneur français passionné par Louis XVI, a indiqué la maison d’enchères Coutau Bégarie, organisatrice de cette vente de souvenirs historiques. Après l’exécution de Louis XVI le 21 janvier 1973, les gens se sont jetés sur les effets du roi déchu. Ses cheveux, coupés par le bourreau, ont été ramassés et revendus », avait expliqué à l’AFP l’expert de la vente Cyrille Boulay, lors de l’annonce de la vente. L’expert concède qu' »il n’y a pas de preuve absolue qu’il s’agisse bien du sang de Louis XVI. « Pour cela il faudrait faire des analyses ADN », dit-il