Les banques peuvent-elles faire faillite ?

Les banques peuvent-elles faire faillite ? La réponse est oui. Même si l’état garantit les banques et que ces situations sont exceptionnelles, c’est arrivé dans l’histoire : Lehmann-Brother en septembre 2008 a été mise en faillite.

Les banques ne sont pas des entreprises comme les autres.

Les banques sont des entreprises dont le fonctionnement repose sur la confiance.  Si la confiance disparait, elles peuvent s’effondrer. Actuellement, les banques sont suspectées d’être très fragile donc les actionnaires ont peur. Les clients ont peur. Cette suspicion les entraine vers le bas. Donc, elles sont fragilisées alors qu’objectivement elles sont solides.

Que risquent les banques ?

Les banques risquent des ruptures de liquidité. C’est-à-dire, qu’elles ont du mal à trouver l’argent dont elles ont besoin pour faire face à leurs besoins. Les banques se prêtent de l’argent tous les jours mais comme elles n’ont plus confiance en rien, ce marché du crédit interbancaire est bloqué. Si l’argent ne circule pas, l’économie va s’arrêter. Les banques courent aussi un risque sur les dettes souveraines. On sait qu’elles ne seront jamais remboursées de certains crédits, les grecs par exemple. Pour la banque, ce sont des pertes qui hypothèquent les fonds propres. Tout comme la chute boursière, les fondations peuvent ainsi se fissurer.

Quoi faire ?

Attendre que la tempête se passe. Mais il faudra sans doute recapitaliser les banques. C’est à dire renforcer leurs fondations. Ce n’est pas facile, la recapitalisation passe par le privé ou le public. Si ça passe par le public, ça s’appelle une nationalisation. Les anglais l’ont fait en 2008.

En cas de faillite, pour mon épargne ?

En cas de faillite d’une banque, 100.000 euros c’est le montant maximum garanti par compte bancaire par la profession. Pour un compte commun ou joint, comptez 200 000 euros. Les comptes d’épargne, eux, sont garantis à hauteur de 70.000 euros soit 140.000 euros pour un couple.