LVMH, Google, Airbus : le tiercé gagnant des entreprises préférées des étudiants français

Les gagnants d’aujourd’hui n’existaient pas forcément il y a 20 ans. Le choix des étudiants annonce le changement.

Les gagnants d’aujourd’hui n’existaient pas forcement il y a 20 ans.Le choix des étudiants annonce le changement. Et ce changement est de taille.

Comme chaque année au printemps, le cabinet Universum vient de publier le classement des entreprises préférées par les étudiants en Master en écoles de commerce et d’ingénieurs françaises.

En bref,les dix premières entreprisespréféréespar les élèves des écoles de commerce en 2015 sont :

1. LVMH

2. Google

3. L’Oréal Group

4. Apple

5. Chanel

6. Groupe Canal+

7. Nestlé

8. Danone

9. Ernst and Young

10. Coca-Cola Entreprises

Les dix entreprises préférées des élevés ingénieurs en 2015 sont :

1. Airbus Group

2. Google

3. Thales

4. Dassault Aviation

5. Safran

6. EDF

7. Apple

8. VINCI

9. Microsoft

10. Dassault Systèmes

A priori, ce classement ne surprendra pas les habitues du gotha des affaires. On retrouve là les grandes stars des entreprises françaises. Toutes affichent une expertise technique, une assise internationale, des performances économiques et financières exceptionnelles de régularité et une image positive auprès des actionnaires, des personnels et des clients.

Cela dit, ce cru 2015 qui est le 8e après le début de la crise mondiale de 2008, appelle trois commentaires.

Première remarque : le choix des étudiants vers les grandes entreprises est une façon pour eux de s’éloigner de la France.  Le Cac 40 et les grandes firmes américaines attirent les étudiants en commerce, en management et en technique industriels. L’attirance pour les start up restemarginale.La grande entreprise offre d’abord la perspective d’une carrière internationale, en dehors de l’Hexagone. Les étudiants de l’après-crise veulent être des citoyens du monde. D’où l’attirance qu’exercent des entreprises comme l’Oréal, Danone, BMW, Google … les entreprises choisies ne connaissent pas de frontières.

Deuxième remarque : très nouveau. La majorité des étudiants ne vont pas choisir leurs entreprises en fonction principalement du salaire. Les grandes sociétés championnes du monde du marketing comme Procter ou Unilever, les grandes banques ne sont plus en tète de gondole dans les campusuniversitaires. Les années frics sont passées. Les étudiants préfèreront une entreprise connue pour l’intérêt scientifique de ses produits, pour la performance de la recherche, pour la qualité des relations sociales, bref. Ils optent plutôt pour l’entreprise qui va offrir du sens au travail plutôt que des stock-options.

Troisième remarque : les entreprises qui buzzent beaucoup sur les réseaux sociaux ne sont pas celles qui attirent les étudiants. Alors oui Uber, et Blablacar, suscitent énormément de curiosité mais beaucoup moins de candidatures que des entreprises de la technologie qui sont déjà très installées comme Google ou Apple. Ceci dit les choses sont difficilement comparables. Une entreprise comme Apple ou Google ouvrent un poste par minutes dans le monde, normal qu’ils drainent beaucoup de candidatures. D’autant qu’ils ont une notoriété 100 fois supérieure aux entreprises de la dernière génération.

Enfin, ce qui est intéressant, c’est le mariage entre les compétences techniques et les compétences marketing. Le double diplôme a beaucoup de succès. Ça signifie quoi ? ça signifie que la logique d’offre s’installe à grand pas dans toutes les entreprises. L’avenir ne dépend pas seulement du marché, ou de la connaissance de ce marché, mais de la capacité que l’entreprise a pour surprendre et séduire le client. Donc de l’offre.

Les entreprises ont peut-être avec la crise tué Keynes (si seulement) et ressorti Schumpeter (divine surprise) des cartons où on l’avait rangé. Quelle revanche ! Après tout, les entreprises qui arrivent en tête, LVMH, Google, l’Oréal ne répondent pas à des besoins de première nécessité. LVMH vend du luxe et du statut social, Google vend de l’information et l’Oréal du bonheur. Très immatériel tout cela.

Toutes ces entreprises ont créé leur marché et sont devenues incontournables dans le monde entier. Avec deux moteurs : de l’innovation technologique et de l’imagination pour raconter une histoire.