Merkel : une sortie de la Grèce de la zone euro serait « catastrophique »

La chancelière allemande Angela Merkel a estimé qu’il serait « catastrophique » de permettre à la Grèce de quitter la zone euro, qui s’en trouverait « incroyablement affaiblie », dans une interview télévisée à la BBC diffusée lundi.

« Nous avons pris la décision de faire partie d’une union monétaire. C’est une décision non seulement monétaire, mais également politique », déclare Angela Merkel. « Ce serait catastrophique si nous disions à l’un des pays qui a décidé d’être avec nous: Nous ne voulons plus de vous », a-t-elle ajouté. « D’ailleurs les traités (européens) ne le permettent pas. Les gens dans le monde entier se demanderaient: Qui sera le suivant? La zone euro s’en trouverait incroyablement affaiblie », a-t-elle poursuivi.

Elle a ajouté que la Grèce, qui a fait l’objet de deux plans de sauvetage européens, avait devant elle une « route longue et ardue » mais que ce serait une « énorme erreur politique de permettre à la Grèce » d’abandonner l’euro. « La situation est très tendue. L’Europe, et en particulier la zone euro, est en crise. Cette crise est la conséquence de la crise financière mondiale et elle a entraîné des discussions très dures dans de nombreux pays », a ajouté Mme Merkel, interrogée sur l’émergence d’un sentiment anti-allemand en Grèce. « Nous avons des débats houleux dans nos parlements et nous utilisons des mots durs », a-t-elle déclaré. Mais « heureusement nous avons appris à résoudre nos conflits pacifiquement ».
Angela Merkel a aussi réaffirmé son soutien à la présence du Royaume-Uni dans l’Union européenne malgré le refus de David Cameron de rejoindre le nouveau pacte budgétaire européen.

« La Grande-Bretagne doit savoir qu’en Allemagne nous voulons une Grande-Bretagne forte dans l’UE, c’est ce que nous avons toujours souhaité et ce que nous souhaiterons toujours », a-t-elle dit.