OPINIONS – Fiscal Cliff : second round !

Par Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France

Après l’hypothèse du retrait du dispositif d’assouplissement quantitatif de la Réserve Fédérale, les investisseurs y voient plus clair sur les intentions de la banque centrale américaine. Ben Bernanke a maintenu la politique non conventionnelle de la Fed, conditionnée à la situation sur le front du chômage américain. Un parti pris salué hier par les marchés, également soutenus par la réussite de l’émission obligataire italienne et des résultats d’entreprises plutôt encourageants. Mais attention,  la résurgence du Fiscal Cliff U.S. pourrait secouer de nouveaux les places boursières !

La Réserve Fédérale ne changera rien à sa politique monétaire dans les tout prochains mois, tant que le niveau du chômage ne descendra pas durablement sous la barre des 6.5% aux États-Unis. C’est en tout cas ce qu’a affirmé avec vigueur le Président de la Fed, Ben Bernanke, coupant court à la rumeur qui plaçait la Fed en retrait à court terme. Le « Quantitative Easing » procédé par la banque centrale américaine (de 85 Mds USD/mois), dont les effets sont évidents selon Bernanke (redémarrage du marché immobilier, hausse des ventes de véhicules, des ventes de biens durables et de la richesse des ménages), n’est donc pas encore prêt de se tarir. L’explication a été relativement appréciée des marchés boursiers, qui ont repris un peu de terrain.

Mais après leurs sautes d’humeur de la semaine passée, entre la crainte de devoir s’émanciper d’afflux massifs de liquidités et le regain d’incertitude d’ordre politique en Italie, les places boursières semblent renouer avec  des niveaux volatilité en hausse notable (l’indice de volatilité implicite vstoxx est en hausse de +38%% depuis un mois). Des mouvements erratiques devraient encore se matérialiser dans les prochaines séances, avec le grand retour du risque budgétaire américain. « L’épisode II » du Fiscal Cliff polarise de nouveau l’attention des investisseurs et la séance du jour à Wall Street risque d’être agitée. Concrètement, l’économie américaine est exposée à des coupes budgétaires automatiques de 85 Mds USD, si aucun accord n’est trouvé d’ici demain pour réduire le budget. Le séquestre, suppression automatique  des lignes de crédit, consiste tout simplement en à mettre fin à certains programmes publics et à supprimer les emplois du service public qui y sont attachés.

En conséquence, les investisseurs prudents ont tendance à se tourner vers les traditionnelles valeurs refuges pour se prémunir d’éventuelles secousses sur les marchés d’actions. Délaissée ces derniers mois, l’once d’or reprend un peu de hauteur en flirtant avec les 1.600 USD. Sur les marchés obligataires, les spreads s’élargissent, avec des taux d’emprunt d’état allemand et français en baisse (respectivement 2.15% et 1.45% à 10 ans) témoignant du  caractère refuge de ces actifs.

Et pour les investisseurs les moins averses  au risque, le regain actuel de volatilité est aussi synonyme d’opportunités d’arbitrages, avec des niveaux d’entrée intéressants. La problématique du Fiscal Cliff va jouer sur la parité EUR/USD, avec en perspective la poursuite de la dépréciation du billet vert face à la monnaie unique, si les coupes budgétaires automatiques se confirment. De la même façon, une correction des indices américains est plausible à court terme, alors que leurs niveaux sont actuellement à des sommets historiques.