Pôle Emploi : Voici le nouveau classement des chômeurs

D’après Le Monde, les chômeurs devront être classés en 3 catégories dès janvier. Les premiers demandeurs d’emplois devraient alors connaître les nouvelles modalités d’accompagnement dont ils pourront bénéficier au Pôle emploi. Le magazine Le Monde s’est procuré un document de travail de l’organisme devant être présenté le 8 novembre en comité central d’entreprise. Ce dernier détaille les modalités de mise en oeuvre du plan stratégique 2015, lui meme présenté en juin. Il prévoit que chaque chômeur soit accompagné de manière différente selon son éloignement de l’emploi. Il est prévu que ce nouveau dispositif s’installe progressivement par région à partir de janvier mais la direction du Pôle emploi refuse de donner plus de détails sur son document de travail avant la tenue du CCE.

Les conseillers de chaque agence disposeront d’une période dite “préparatoire” de 6 semaine pour répartir les chômeurs qu’ils suivent actuellement entre les 3 catégories. La direction de l’agence, quant à elle, déterminera la répartition définitive. Ensuite, chaque conseiller sera chargé d’un accompagnement particulier. Le document ne prévoit pas que les chômeurs soient systématiquement reçus avant d’atterrir dans une catégorie, mais ils seront informés par courriel. Par ailleurs, l’orientation des nouveaux inscrits devrait se faire après le 4ème mois de chômage, lors d’un entretien ou exceptionnellement juste après l’inscription pour les cas particuliers. Au 9ème mois de chômage, les demandeurs d’emplois seront réorienter, si nécessaire, dans une nouvelle catégorie après un entretien. La majorité des chômeurs feront partie de la catégorie intermédiaire, près de 175 000 du suivi renforcé et le reste dans un suivi plus léger ou “suivi guidé”. Selon le document, les critères qui détermineront la réorientation des chômeurs sont tels que “la maitrîse des outils informatiques”, “la capacité à se déplacer”, “la vision  objective de sa situation” ou encore “la capacité à anticiper les gains de ses démarches”. Les conseillers auront une grande marge de manoeuvre mais disposeront tout de même d’un outil de diagnostic automatisé basé sur la situation de chaque chômeur.