Sarko va en Chine chercher de l’argent

Nicolas Sarkozy va reprendre sa casquette de président du G20 et se rendre deux jours en Chine pour animer un séminaire de travail à Nankin, qui doit réunir des responsables politiques, des banquiers centraux et tout ce que la planète compte comme spécialiste des monnaies.

A l’origine, il s’agissait de préparer la reforme du système monétaire international et surtout obtenir de la Chine qui est devenue la deuxième économie du monde des assouplissements pour une meilleure coopération internationale.

A l’issue de cette visite, le président espère obtenir :

-Une réévaluation du Yuan qui permettrait de remonter les prix chinois et ainsi de faire baisser la pression concurrentielle.

– Des interventions non spéculatives sur les marchés

– Un appui plus franc sur le plan international, notamment en Libye et une solidarité plus évidente avec le Japon.

Le problème, c’est que sur tous ces points les chinois sont très réservés. Ils ne se préoccupent que d’une chose aujourd’hui : Soutenir la croissance chinoise et maitriser les tensions inflationnistes qu’ils supportent. Ils ne vont donc faire aucune concession.

La seule chose que l’on puisse obtenir de la Chine mais ça ne fera pas l’objet de communiqué officiel, c’est l’assurance qu’ils peuvent faire pour les européens ce qu’ils font pour les américains. C’est à dire contribuer au financement des déficits publics. Ils sont intervenus en Grèce, en Espagne…On pourrait en France avoir besoin de leurs investissements ou de leurs financements. Mieux vaut le préparer.