Suez et Veolia démentent leur rapprochement, la bourse les sanctionne

Suez et Veolia, les deux poids lourds français des services à l’environnement, ont démenti samedi soir travailler à un rapprochement après des informations de presse sur le sujet. Une source proche du dossier avait notamment fait état à l’AFP de discussions entre les deux groupes sur le sujet. « Un éventuel mariage aurait sans doute davantage profité à Veolia aux prises avec une rentabilité érodée et une dette trop lourde, qu’à Suez, ce qui explique le recul plus marqué du titre » du groupe dirigé par Antoine Frérot, explique un analyste parisien sous couvert d’anonymat. « Le fait qu’il y ait eu des discussions préliminaires est fort probable, mais au final il y aurait eu très peu de chances pour qu’elles aboutissent car trop d’obstacles se seraient posés au niveau de la concurrence », estime-t-il. Après cette annonce, le titre Veolia Environnement enregistrait le plus fort recul du CAC 40 lundi à la Bourse de Paris, tandis que Suez Environnement accusait une baisse moindre. Veolia réunit ce lundi un conseil d’administration, lors duquel doit notamment être abordé le dossier de la vente souhaitée par le groupe de sa participation dans le transporteur collectif Veolia Transdev. Suez Environnement et Veolia Environnement sont tous les deux touchés par la baisse du volume de déchets industriels traités en Europe.