7 800 milliards de dollars ont été détruit par la crise

7800 milliards de dollars. C’est le montant de la valeur détruite  sur les bourses mondiales depuis deux mois aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. Une perte de valeur estimée à 14% en moyenne. Les plus grosses pertes ont lieu en Europe. Par exemple, la bourse de Paris a perdu 27% soit une perte de valeur de 380 milliards d’Euros.

Ces pertes sont-elles réelles ou virtuelles ?

Et bien, la bourse peut remonter dans les semaines qui viennent et regagner la valeur perdue. Mais ces pertes sont réelles pour ceux qui ont vendu. Et beaucoup ont vendu, parce qu’ils avaient  besoin d’argent par exemple.

Si vous avez acheté une maison 300.000 euros l’année dernière et que vous êtes obligé de la revendre très vite cette année 200.000 euros et bien vous avez perdu 30%. Ca, c’est une perte réelle.

Au-delà de ceux qui ont vendu leurs titres à perte, il est évident que les chefs d’entreprises qui sont dévalué et l’épargnant dont l’épargne a fondu, se sentent appauvri. Ils vont arrêter de faire des projets, ils vont se serrer la ceinture, et vont moins emprunter. Vous entrez dans un cycle de baisse d’activité.

Wansquare, un site d’information économique, a calculé que cette perte de valeur allait entrainer un ralentissement de l’activité et une perte de croissance de 0,5%. Si la crise continue, la perte de croissance sera de 1% à la fin de l’année. Ce qui explique que nous soyons en risque de récession économique. Et qui dit récession, dit arrêt des investissements et montée du chômage. Donc l’impact de la chute boursière est très réel.