Affaire Renault : La communication avait préparé des communiqués en cas de suicide des cadres !

Selon Le Parisien, le juge en charge de l’affaire Renault, Hervé Robert, a fait d’étonnantes découvertes. Des documents versés au dossier d’instruction, révèle que le constructeur automobile avait anticipé l’éventuel suicide des cadres suspectés d’espionnage en janvier 2011 en préparant des communiqués pour se disculper ! Le journal raconte que la directrice de la communication de l’époque, Frédérique Le Grèves, demande à l’une de ses collaboratrices de « travailler sur une déclaration à utiliser en interne ou en externe au cas où l’un d’entre eux (un des trois cadres suspectés) commettrait l’imparable ». Dans ces mails, elle précise: « ça serait sur le thème : nous sommes abasourdis et nous avions pris les dispositions médico-psychologiques pour les trois individus. » Le Parisien s’est procuré ce communiqué sur lequel on peut lire : « Toute l’entreprise est profondément ébranlée par la gravité de ce geste.» En cas de suicide, le communiqué s’enrichit de « (l’entreprise) pense particulièrement à la famille de M. xxx ». Il ne reste qu’à ajouter l’identité du cadre qui aurait éventuellement craqué. » Contactée hier soir par le journal, Frédérique Le Grèves, aujourd’hui chef de cabinet de Carlos Ghosn, tient à préciser : « J’avais effectivement demandé de préparer cette communication. C’était de l’anticipation pure ».