Amélioration des chiffres de l’emploi mais poursuite de la détérioration de la situation financière des états.

Les chiffres de l’emploi s’améliorent en cette fin d’année, et c’est un vrai signe de reprise d’économie dans le secteur privé. Mais le bouclage des fins de mois pour les Etats y compris pour la France devient de plus en plus difficile.

On savait par Pôle emploi et par l’Insee que le chômage avait cessé de s’aggraver depuis le début de l’année grâce au baromètre de l’ACOSS qui nous dit deux choses :

D’abord, il y a une reprise très nette de l’intérim depuis septembre et reprise aussi des embauches fermes. Reprise également des heures supplémentaires. Et puis ce baromètre nous indique une baisse des impayés de cotisations sociales ca, ca veut dire que la situation financière de l’entreprise s’améliore.
Alors ce n’est pas l’eldorado, c’est très fragile, mais c’est un signe.

Ce qui est inquiétant, c’est la dégradation des finances des Etats.  La journée d’hier a encore été chaude. Les Etats ont beaucoup de mal a emprunter de l’argent pour financer leurs fins de mois. La Grèce continue d inquiéter, le projet de budget présente hier est bancale. L’Irlande n’applique pas les engagements qu’elle a pris. L’Espagne a été obligée la semaine dernière de payer des taux d’intérêt record.

On s’est aperçu hier que la dette publique Allemande est au plus haut depuis1949. Elle atteint 75% du PIB. Et la France hier a vu le prix de ses CDS battre un record historique. (Les CDS ce sont les primes d assurances primes de risques payées sur la dette d’état. Plus elles sont payée chères, plus on considère que la situation est dangereuse).

Le risque de tout cela ce n’est pas la faillite ou l’explosion de l’euro c’est la hausse des taux d intérêt. Et la hausse des taux d intérêt pénaliserait la reprise. On sent bien qu’il y a une reprise dans le privé. Les investisseurs ont plus confiance dans la gestion d’une entreprise que dans la gestion des états.

C’est ce mouvement la qu’il ne faudrait pas casser.