Barack Obama tente de rassurer, les économistes s’alarment des effets du débat politique

lesechos.fr

lesechos.fr

« Quoi que disent certaines agences de notation, notre pays a toujours mérité et méritera toujours la note AAA ». Pour sa première allocution depuis la dégradation de la notation financière des Etats-Unis par Standard & Poor’s, hier à la Maison Blanche, Barack Obama a tenté de rassurer, admettant tout de même que la sanction traduisait un« manque de volonté politique à Washington » et espérant qu’elle allait« rappeler aux élus l’urgence (…) de régler le problème des déficits ». Le président américain a indiqué qu’il fera des recommandations ces prochaines semaines.