BNP : François Hollande bat des records de maladresse face à l’hypocrisie des Américains

Selon Jean-Claude Trichet, l’ex-président de la BCE, l’affaire BNP Paribas est devenue extrêmement grave pour l’équilibre financier de la planète. Mais face à l’hypocrisie américaine, la présidence française s’y prend vraiment très mal…

Selon Jean-Claude Trichet, l’ex-président de la BCE, l’affaire BNP Paribas est devenue extrêmement grave pour l’équilibre financier de la planète. Mais face à l’hypocrisie américaine, la présidence française s’y prend vraiment très mal…

Depuis une semaine, on sait que la banque française pourrait se voir infliger une amende de plus de 10 milliards d’euros. Le New York Times parlait même hier de 16 milliards d’euros avec un risque de  voir la licence bancaire retirée. C’est-à-dire le droit d’exercer l’activité de banquier en dollars… Parce que le problème est là. Les autorités de surveillance américaines reprochent à la banque française non seulement d’avoir transgressé l’embargo américain en travaillant avec des pays black-listés par Washington (Cuba, Soudan, Iran..) mais en ayant aussi travaillé en dollars. En fait, l’Amérique s’estime responsable des opérations qui sont faites en dollars dans le monde entier…

Si les rumeurs rapportées par la presse américaine étaient vérifiées, il s’agirait de la  condamnation à mort d’une très grande banque française. La taxer d’une amende de 16 milliards, c’est déjà énorme. Mais en lui retirant la licence, on lui interdirait  carrément de travailler. Plus de passeport. Ce qui serait une catastrophe pour tout le monde.

A supposer que la BNP ait gravement fauté dans l’interprétation de la réglementation américaine, la condamnation paraît astronomique…disproportionnée. Elle revient à obliger la banque à augmenter considérablement sa couverture de risques en fonds propres ce qui limite forcément ses moyens de crédits aux entreprises, mais plus grave, pour Jean-Claude Trichet qui s’exprimait jeudi dernier, « une telle décision serait systémique », c’est-à-dire que son impact se propagerait au monde entier avec des conséquences incontrôlables. La confiance dans les systèmes financiers serait à nouveau ébranlée un peu comme au lendemain de l’éclatement de la bulle spéculative des subprimes en 2008.

L’effet contagion serait d’autant plus rapide que dans ces conditions d’autres banques françaises et étrangères seraient touchées par les sanctions parce que beaucoup de banques ont semble-t-il fauté.

Ce qui est sûr, c’est que le monde entier travaille en dollars et que si l’on risque de perdre son passeport à chaque fois que l’on touche un dollar, l’économie toute entière risque fort de s’arrêter. Pour beaucoup d’observateurs, cette affaire est complètement surréaliste. Ils ont deux explications.

Ou bien les autorités américaines n’ont pas évalué le risque systémique. Cela parait difficile à imaginer encore que la liste des banques, au banc des accusés est longue, elle ne se limitera pas à une banque française. On se souvient aussi que les autorités judiciaires américaines n’avaient pas évalué en septembre 2008 le risque de catastrophe systémique en prononçant la faillite de Lehman Brothers.

Ou bien, le système américain cherche à exclure du jeu financier mondial des concurrents dangereux parce qu’efficaces. La suprématie américaine sur la planète s’exerce par la toute-puissance de la monnaie, le dollar et des banques américaines qui ne veulent guère partager. Point barre.

En attendant, la France est effectivement en première ligne parce qu’outre la BNP, explicitement  condamnée par la  presse financière américaine, on sait déjà que la plupart des autres banques françaises et beaucoup de banques européennes sont également ciblées.

Face à cette situation, la gouvernance française est d’abord restée muette. Pour des raisons de politique intérieure, le président Hollande et son gouvernement se sentaient mal à l’aise de défendre des financiers et des banquiers que l’on a plutôt fustigés jadis pour excès de spéculation. Mais il est vrai qu’on était alors en campagne électorale. Depuis deux semaines, on a compris dans les sphères les plus élevées de l’Etat que cette menace sur la banque française était sérieuse.

Après que la presse se soit étonnée de l’immobilisme des autorités françaises (comparé à l’interventionnisme intempestif et incohérent contre General Electric dans le dossier Alstom),  la contre-offensive a été lancée discrètement par Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, qui a mobilisé les réseaux diplomatiques et consulté les meilleurs avocats. Puis par Michel Sapin qui a posé les vraies questions en s’étonnant que la presse américaine se précipite à condamner ainsi une banque française et en demandant seulement que cette affaire soit traitée équitablement. Pas question à  ce moment-là de douter du caractère exclusivement judiciaire de cette affaire. La réaction française était très responsable laissant aux avocats le soin d’avancer dans le dossier.

On aurait pu en rester là, si François hollande n’était pas intervenu pour en souligner le caractère politique. En pleine  préparation des  cérémonies de commémoration du D-Day au cours desquelles il allait recevoir les plus grands chefs d’Etat de la planète, il a cru bon de mettre à l’ordre du jour des rencontres au sommet avec Barack Obama cette affaire de BNP Paribas. Il a d’abord écrit au président américain pour s’étonner des arrières pensées politiques qu’il a cru discerner, reprochant au président US d’utiliser cette affaire pour se donner une image de pourfendeur de la spéculation et de protecteurs de la morale et de l’éthique financière. Non seulement, le président français aurait écrit au président américain, mais il aurait abordé la question lors de leurs entretiens. L’Elysée faisant savoir que la France ne pouvait pas se laisser faire.

En soupçonnant Barack Obama d’utiliser l’affaire BNP a des fins de politique intérieure (Obama a besoin de montrer à son peuple qu’il surveille les banques), François Hollande a raison. C’est un vrai procès. Mais là où François Hollande a eu gravement tort, c’est de polluer un évènement planétaire prestigieux où le monde entier devait célébrer la liberté et la solidarité entre les peuples, par de lamentables affaires de cuisines financières. Ça pouvait se traiter ailleurs. Là où François Hollande a eu gravement tort c’est que lui-même, n’hésite pas à utiliser les banques et leurs méfaits, quand il en a besoin pour plaire à son aile gauche.

La presse américaine ne nous a d’ailleurs pas épargné en accusant François Hollande de vouloir tordre le bras des Américains et le président Obama n’a pas manqué de nous donner devant le monde entier une leçon d’indépendance de la justice et de démocratie. « Chez nous en Amérique, le président ne peut pas téléphoner au procureur pour lui dicter une décision de justice. »  John Kerry lui-même, le chef de la diplomatie en a même rajouté à Paris en disant , « qu’en Amérique la justice était indépendante et si dans certains pays ce n’est pas le cas … « 

Pour le président Français c’est une claque.

La position américaine est d’une hypocrisie sans nom. Il n’y a pas un grand pays au monde qui ait été aussi laxiste avec ses banques que l’Amérique. Alors que l’Europe et la France en particulier ont toujours été d’une rigueur et d’une sévérité sans pareil au point que cela a pu, avec Bâle 3, freiner leur capacité d activité. Le principe de précaution appliqué aux banques a sécurisé le système français. Et si les Européens ont souffert  c’est plus à cause du laisser-aller américain que de leurs propres erreurs. Barack Obama a semble t-il oublié tout cela, bien content de trouver en Europe des bouc-émissaires.

Cela dit, désormais, il va bien falloir que cette affaire se calme pour laisser aux juristes, et aux diplomates le soin de faire leur métier. En attendant il faudra bien en tirer les leçons.

La première est que ce type d’affaires ne peut pas se résoudre à l’échelle nationale. C’est typiquement une négociation que l’Europe (la zone euro) devrait prendre en charge. L’Amérique profite évidemment des désaccords européens. La zone euro incapable de parler d’une même voix est disqualifiée. Sans parler des gouvernements qui n’ont pas su développer une relation saine, correcte et responsable avec leurs entreprises. Très difficiles de défendre des entreprises quand on a traité les patrons de voyous pendant si longtemps.

La seconde leçon est que cette affaire plaide pour la négociation d’un traité d’échange commercial et financier entre les l’Europe et les USA. Aussi paradoxal que ça puisse paraître, il faut éliminer les risques de guerre financière. Au moins pourrait-on disposer d’un cadre pour prévenir ce genre d’affaires.

La troisième leçon est bien évidemment qu’il faudrait travailler en euro. Le dollar est d’autant plus fort et inattaquable que c’est la monnaie mondiale. L’euro n’est qu’une monnaie de réserve spécialisée dans le financement des dettes d’Etat garanties par des contribuables hors pairs que sont les Européens. Si les dettes publiques sont en euros, les affaires se font en dollars. Et pour stopper cette dérive, une seule solution, diminuer les dettes publiques. Étonnant, Non ? On en revient à la case départ, en attendant de mettre les banquiers en prison.