Brexit : Après les vacances pourries, Theresa May déprimée et saisie par la tentation de Venise.

 Theresa May est rentrée du lac de Côme, où elle passait ses vacances, complètement déprimée. Elle a perdu beaucoup de ses collaborateurs et les dossiers qu’elle doit traiter avant la fin du mois sont en plan.

 

Jamais la situation n’avait jamais été aussi incertaine et aussi inquiétante pour la Grande Bretagne. A tel point que Michel Barnier, qui doit ouvrir un deuxième round de négociations sur les conditions du divorce le 28 août prochain, s’interroge pour savoir si la réunion aura un sens et même si elle pourra se tenir.

Theresa May était partie en vacances très dépitée par l’intransigeance européenne qui, fin juillet, ne lui laissait aucune marge de manœuvre sinon d’accepter les conditions du Brexit présentées par les européens et correspondant aux conditions des traités. Il faut dire qu‘elle n’était pas venue avec des propositions qui puissent permettre de lancer une discussion responsable.

Fin juillet, la position des négociateurs britanniques était très simple. Ils voulaient déclarer unilatéralement le Brexit, sans pourtant hypothéquer les avantages que l'Union européenne leur apportait. Donc, liberté des échanges, maintien du passeport européen, de la libre circulation des capitaux et de l'activité des banques, maintien des particularités fiscales et sociales et suppression de la liberté de circuler pour les hommes et les femmes.

Pour les européens, de telles conditions étaient irrecevables et Michel Barnier a tenu bon sur le fond et sur les délais. Bref, on pourra négocier une période transitoire de deux ans éventuellement pour permettre aux uns comme aux autres de s’adapter, à condition que la Grande Bretagne s’engage à aboutir dans les délais. A condition qu’elle paie le montant des charges impayées. Comme dans n’importe quelle copropriété.

 

Theresa May a donc quitté la table de cette négociation, en espérant que les vacances calment le jeu et les esprits.

Les vacances qu‘elle a passées comme chaque année, dans un village suisse au dessus du lac de Côme, ont été désastreuses.

 

1e point : Elle a appris la démission d’un certain nombre de ses collaborateurs qui ont considéré ne plus avoir les moyens d’avancer, sauf à trahir les engagements électoraux. La perte la plus lourde a été celle de Chris Wilkins, qui était le directeur de la stratégie et surtout celui qui a écrit tous ses discours. C’était le boss, le patron de toute l’équipe qui entourait Theresa May. Il n’avait pas pu retenir Nick Timothy et Fiona Hill, les deux chefs de cabinet, il n’avait pas pu garder John Godfrey. Cette équipe la drivait sur tout le travail. Sur le fond, ils avaient donc écrit la stratégie et les discours. Sur la forme, il avait défini la méthode fondée sur la recherche de gagner du temps.

Ces départs en pleine négociation mettent la délégation britannique en difficulté. D’autant que Theresa May n’a pas réussi à les remplacer. Elle a bien embauché en catastrophe le conservateur Steward Jackson mais à Bruxelles, on considère qu’il a assez peu de crédibilité.

N’ayant plus personne de sérieux avec qui négocier, Michel Barnier n’exclut pas qu‘elle demande un nouveau délai. Délai que les européens ne sont guère disposés à accepter. Les négociations d’octobre, qui doivent acter les conditions, sont donc assez compromises.

 

2e point : Theresa May a reçu pendant l’été des précisions sur la facture que le gouvernement aura à payer pour solder les comptes du Brexit : 100 milliards d’euros. Cette hypothèse a mis en colère tous les eurosceptiques, qui se sont immédiatement fâchés contre Theresa May considérant qu’elle ne pouvait pas accepter ce type de racket, alors que ce prix est celui qui permet à la Grande Bretagne de s’affranchir de ses arriérés de paiement, mais surtout d’obtenir de l’Union européenne les compromis dont elle a besoin pour protéger l’industrie financière anglaise.

Theresa May a donc secrètement négocié avec son parti le chiffre de 40 milliards d’euros payables immédiatement. Les européens n’ont pas officiellement réagi, surtout si, en contrepartie, il faut laisser aux anglais tous les avantages dont ils ont besoin. Bref, à 100 milliards, la classe politique explose. A moins de 40 milliards, le monde des affaires baisse les bras. Pour Theresa May, cette situation est insupportable. Pour les européens, le montant de la facture est l’arme de la négociation par excellence.

 

3e point : Theresa May a aussi reçu, au début du mois d’août, les prévisions économique de la banque d’Angleterre. Toutes les hypothèses sont revues à la baisse pour l'activité et pour l’emploi, sur 2017 et 2018. Aux alentours de 1,6% de croissance. Parallèlement, la consommation, et les investissements ont également été revus à la baisse.

Bien que la plupart des grandes entreprises et des banques n’aient pas publié de plan de désengagement ou de déménagement très précis, toutes considèrent qu’elles doivent se préparer à sortir des plans B. D’où les nombreux voyages de reconnaissance en Europe à Bruxelles, à Paris, à Francfort ou à Rotterdam.

4e point : la question des droits de douanes tourne au cauchemar. Theresa May a proposé une solution pour éviter que l’on s’énerve en Irlande. L’Irlande est coupée en deux, avec le sud qui est pays-membre de l'Union européenne. La solution à laquelle elle a pensé serait de ne rien changer. Une douane, avec une frontière, réveillerait trop de souvenirs et serait douloureuse.

La question des frontières et des douanes avec l’Union européenne pour la Grande Bretagne est autrement plus compliquée.

Le rétablissement des ces frontières est sans doute la question qui a donné la majorité aux partisans du Brexit. Le problème est que le monde des affaires et des entreprises réclament que là encore, on ne change rien, sinon c’est la ruine pour beaucoup. Les affaires étrangères ont donc proposé à l’Union européenne que Bruxelles accepte une période transitoire assez longue pendant laquelle il n’y aura pas de douanes, ceci pour éviter une rupture brutale et permettre aux entreprises de s’adapter.

Dans cette note, le ministère des affaires étrangères propose qu'on rétablisse des barrières douanières progressivement, à condition que ces barrières ne gênent pas les échanges. Et cela sans plaisanter !

Les européens qui ont lu la note n’en reviennent pas. En gros, c’est clair, les anglais veulent le Brexit, à condition que ce Brexit ne perturbe pas le statut quo. Et leur coute moins cher que l’adhésion pleine à l’Europe. Les anglais qui réclament le Brexit en sont restés à demander le beurre et l’argent du beurre avec en plus, un peu de crème…

 

Cette position s’explique par le fait que le gouvernement britannique et Theresa May la première, ont acquis la conviction que l'économie britannique a beaucoup plus besoin des échanges avec l’Union européenne que l’inverse.

Le premier partenaire de la Grande Bretagne, c’est l’Union européenne, avec 520 milliards d’euros d’échanges commerciaux, alors que le premier partenaire de l’Union européenne, ce sont les Etats-Unis avec 650 milliards d’euros.

Pour Theresa May, les chiffres de la rentrée n’ont jamais été aussi têtus. Après un été pourri, on voit mal comment elle peut échapper à la tentation de Venise.