Bruxelles : Enfin un sommet constructif

A l’issue de sommet européen de Bruxelles, un accord va être signé par tous les pays de l’UE à l’exception de la Grande Bretagne. Peut-il suffire pour sortir de la crise ?

On peut dire que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont pris une option sérieuse pour réussir. On pourrait comparer cette réforme à un immeuble en construction.

Le premier étage a été construit : Il s’agissait d’organiser une convergence des politiques budgétaires, économiques, fiscales et sociales de façon à ce que la maison soit rangée et gouvernée. Il faudra dorénavant respecter une discipline assez stricte sous peine de sanctions. L’Europe va avoir une gouvernance unique. Que ça plaise ou pas. Cette avancée-là est très spectaculaire. Elle va tout changer.

Le deuxième étage abrite un fonds de secours : le MES pour Mécanisme Européen de Solidarité qui doit intervenir pour venir en aide à un pays en difficulté. Ce fonds remplacera le FESF et sera doté de 500 milliards d’euros dont la moitié pourrait venir du FMI. Lequel FMI pourra emprunter à l’Union Européenne et à la BCE. Son fonctionnement est encore très flou mais une chose sure, il sera géré par la BCE.

Le troisième étage de l’immeuble est complètement absent de l’accord. Il s’agit des mesures de relance pour éviter le piège de la récession en 2012.

Le succès de ce plan de sauvetage repose sur la capacité de ces reformes à restaurer la confiance. Tout va dépendre de la sagesse de chaque gouvernement à respecter les disciplines. Tout va dépendre de la lecture qu’en fera Mario Draghi. Tout le monde est convaincu qu’avec un tel accord, la BCE pourrait se montrer beaucoup plus souple dans l’interprétation de son mandat.