CAC 40, Ibex, Footsie… : la bourse s’effondre

Le CAC 40 est repassé sous la barre des 3000 points comme au mois d’aout. C’est le plus bas niveau depuis juillet 2009. Autant dire que les marchés financiers ont vécu une de leur pire journée. Une journée noire, catastrophique entrainée par des valeurs bancaires qui sont descendues aux enfers. L’ensemble des marchés a été donc affectées. A Paris, le CAC 40 repasse sous la barre des 4000 points, mais aussi en ailleurs en Europe :

-Paris termine à -4.77%
-Francfort à -5.28%
-Londres à -3.58%
-Madrid à -4.69%
-Milan à -4.83%

L’ensemble des marchés plombés par des valeur bancaires :

-Société Générale s’effondre à -8.6%
-BNP-Paribas -6.3%
-Natixis -5.7%
-Crédit-Agricole -5.5%

Pourquoi ce nouvel effondrement ?

Parce que le climat est dominé par deux risques majeurs

D’une part, le risque de récession. Il est de plus en plus évident. Les indicateurs qui sortent chaque jours confirment le ralentissement de l’activité partout dans le monde, y compris dans les pays émergents.

D’autre part, le risque d’une défaillance grecque ou l’on voit bien que le gouvernement d’Athènes est complètement perdu dans l’application d’un plan de plus en plus difficile. De plus, les pays européens trainent des pieds de plus en plus. L’Allemagne, par exemple, renâcle à s’engager.

Si l’on ne règle pas le problème grec, on sait maintenant qu’il existe un certain nombre de banques qui ne seront jamais remboursées des crédits consentis. Il y a donc à ce moment là, un risque systémique de blocage du crédit interbancaire. Il y a des liquidités, il y a de l’argent mais personne ne veut plus prêter d’argent a personne. A ce moment là, l’économie ne sera plus irriguée.

Que faut-il faire ?

Tout faire pour rétablir la confiance. Et la confiance, ça passe par une gouvernance européenne cohérente. Ca passe aussi et surtout par la nécessité de redresser partout dans le monde les finances publiques. Aux Etats-Unis comme dans la plupart des pays d’Europe.

Sauf qu’en ce moment, on n’y arrive pas. Aux Etats-Unis, le débat budgétaire est bloqué. En France, il s’annonce complètement surréaliste. On se chamaille sur des taux de TVA à la marge alors que tout le monde sait bien que la seule solution sera de tailler dans les dépenses publiques.

Or, on n’en parle pas encore et pourtant il faudra y venir. Les deux seuls pays occidentaux qui s’en sortent aujourd’hui dans le monde sont le Canada et l’Allemagne qui ont fait des coupes drastiques de dépenses publiques et qui ont ainsi retrouvé de la croissance.

Chargement des commentaires ...