Chypre -Taxe sur l’épargne : « Une aide de l’UE et du FMI n’est jamais gratuite »

L’UE et le FMI ont demandé ce weekend à Chypre l’instauration d’une taxe sur tous les dépôts bancaires. Une contrepartie inévitable si l’île veut recevoir les 10 milliards d’euros d’aides qu’elle a demandé afin de sortir son pays de la crise financière. Nicos Anastasiades, le président chypriote (photo), s’est adressée à la télévision afin d’expliquer que son gouvernement n’avait pas le choix. « L’accord que nous avons conclu n’est pas celui que nous souhaitions mais il est le moins douloureux compte tenu des circonstances » a-t-il indiqué. Dans le détail, les bailleurs de fonds ont demandé à Nicosie une retenue de 6,75% sur les dépôts bancaires en-deçà de 100.000 euros et de 9,9% au-delà de ce seuil. Pour Céline Antonin, économiste à l’OFCE, il n’y avait pas tellement d’autres solutions : « Il fallait arriver à trouver des fonds rapidement et être certain des sommes que l’on allait collecter. Le prélèvement direct sur les dépôts à la source, ça évite de passer par un impôt.»

L’annonce a fait l’effet d’un choc dans les foyers chypriotes mais aussi dans le reste de l’Europe. En France, c’est Jean-Luc Mélenchon qui a tiré le premier, sur France 5. Le leader du Front de Gauche n’a pas hésité à indiquer que «Chypre entre en enfer comme les Grecs ». Pour Céline Antonin, « on a tendance parfois à l’oublier mais les plans d’aides sont tous conditionnels » estime-t-elle, « la demande de Chypre correspondait presque à son PIB. L’UE et le FMI se sont donc sentit en droit d’exiger ce genre de mesure. Une aide de l’UE et du FMI n’est jamais gratuite ».

Désormais, c’est la crainte de la contagion qui règne en zone euro. Ce matin la plupart des places financières européennes, mais aussi en Asie, ont ouvert à la baisse. Pour l’économiste, ce regain d’inquiétudes s’explique car « ce genre de solution peut donner des idées à des gouvernement de pays en difficultés ». Selon Céline Antonin, « même si les gouvernements des PIGS se sont empressés de dire qu’ils ne feraient pas cela chez eux, on a malgré tout ouvert la boite de Pandore ».