Cinq raisons d’affirmer que tout va bien en Europe

Belle journée sur les marchés financiers. La bourse de Paris a gagné 2,7 % à 3055. Les valeurs bancaires habituellement massacrées ont servi de locomotive. New York est aussi en forte hausse. Il y des jours où les acteurs oublient la crise et veulent être optimistes.

Bizarre vous avez dit bizarre ?

Oui, parce que objectivement, les agences de notation n’ont pas levé la pression sur la zone euro. On s attend même à une dégradation du FESF dans les 24 heures

D’où vient ce vent d’optimisme ?

A vouloir être positif, on trouve les raisons de l’être. Voici les cinq miennes.

Raison n° 1 : Ce que prépare la BCE est très encourageant. Demain Mario Draghi ouvre les guichets de la BCE aux banques commerciales qui vont pouvoir emprunter à un taux dérisoire. De l’argent qu’elles vont prêter aux États et aux entreprises.

Raison n° 2 : On sait depuis lundi que les pays de la zone euro vont prêter 150 milliards au FMI qui nous les prêtera ensuite. Ça va être compliqué et il manque encore 50 milliards d’euros. En plus, ni le Brésil, ni la Chine ne veulent intervenir. Mais vu que l’on a décidé de dire que ça devrait marcher…et bien ça va marcher ! D’ailleurs le marché de la dette s’est détendu aujourd’hui.

Raison n°3 : Bruxelles a commencer à rédiger en termes juridiques l’accord politique de discipline budgétaire. La règle d’or, les sanctions pour ceux qui ne respecteront pas les règles… Cela prépare une nouvelle Europe et ça aussi, ça va marcher.

Raison n°4 : L’euro est à 1,30 dollars. C’est très bas et c’est une excellente nouvelle. D’autant que la conjoncture en Allemagne et que les indices de production industrielle sont meilleurs que prévues. Ça va profiter à tout le monde.

Raison n°5 : L’économie américaine se porte mieux. Un indicateur, l’immobilier. On solde des maisons inhabitées et les mises en chantier ont augmenté le mois dernier de 9%. Personne ne comprend vraiment pourquoi, mais tout le monde le prend comme une bonne nouvelle.

Conclusion à toute ces bonne nouvelles : Ou bien tout le monde se plante ou c’est vraiment Noël.