Comment Apple prépare sa conquête du marché des entreprises

Voici encore une belle leçon d’adaptation. Apple, le champion du high-tech grand public prépare sa conquête du marché des entreprises. L’initiative commence à faire un peu jaser dans la haute société branchée de San Francisco mais la marque à la pomme a pourtant une idée bien précise derrière la tête.

Voici encore une belle leçon d’adaptation. Apple, le champion du high-tech grand public prépare sa conquête du marché des entreprises. L’initiative commence à faire un peu jaser dans la haute société branchée de San Francisco mais la marque à la pomme a pourtant une idée bien précise derrière la tête.

Acte 1 : Apple a lancé une campagne de recrutement de grosses pointures commerciales, capables de draguer le marché des entreprises. Repérer les besoins, étudier par qui et comment ils sont satisfaits, reconnaitre les failles et les segments où s’engouffrer.

Acte 2 : Apple va spécialiser certains de ses ingénieurs et en embaucher de nouveaux pour développer de nouveaux logiciels. Adaptés au monde de l’entreprise.

Acte 3 : Apple étudie le terrain pour nouer des partenariats plutôt que d’aller seul au combat. Les partenaires possibles sont ceux qui occupent le terrain des entreprises et qui sont en panne d’imagination ou d’innovation. On peut citer IBM, l’allemand SAP, champion du monde du logiciel d’organisation et de management, Oracle, un des meilleurs dans le traitement des données. On croule sous la masse des informations recueillies, sans savoir les utiliser de façon optimisée. L’avenir est aux appli professionnelles et, par conséquent, à toutes les start-ups qui travaillent sur ce segment de marché.

Apple rappelle que c’est dans les banques et les assurances que les besoins vont être considérables. Les technologies digitales vont déjà révolutionner les méthodes de paiement. La carte de crédit que l’on utilise depuis 30 ans est évidemment condamnée. Elle sera remplacée très vite par le smartphone, c’est déjà le cas depuis la sortie de l’Iphone 6. Ce que l’on ne sait pas, c’est qui de la banque, de l’opérateur mobile ou du développeur de l’application sera en charge de gérer le compte client. Cet arbitrage n’est pas arrêté.

La question qui intéresse tous les stratèges, c’est pourquoi Apple change-t-il son fusil d’épaule ? La réponse est simple : Apple craint un ralentissement du marché sur lequel il a fait fortune. Contrairement a Google, par exemple, qui développe une recherche dans tous les domaines comme la santé ou la voiture, Apple est resté au niveau du terminal mobile et sur la commercialisation des applications.

Un peu comme Microsoft, Apple lorgne sur le marché B to B. Le marché des entreprises, c’est surtout un immense marché des applications et des logiciels professionnels. Pour les ingénieurs d’Apple, c’est le deuxième eldorado parce qu’il n’a pas été exploré pour l’instant. Jusqu’alors, on peut même dire qu’IBM ou SAP l’avait un peu stérilisé à leur profit.

La démarche est intéressante. Elle marque une seule chose en forme de leçon pour les autres entreprises : c’est en pleine gloire et quand tout va bien qu’il faut investir et préparer la mutation à venir. Après il est trop tard. Le secret, avoir raison avant les autres.