Compétitivité française: « Ce qui manque le plus, c’est le mental »

Laurence Parisot a affirmé dimanche que que le déficit de compétitivité de la France face à l’Allemagne avait une composante « psychologique ».

Invitée de RFI et Le Monde dimanche, La présidente du Medef Laurence Parisot, a affirmé que le déficit de compétitivité de la France face à l’Allemagne avait une composante psychologique, en regrettant les complexes de certains industriels face à leurs rivaux d’outre-Rhin. « Il me semble que ce qu’il nous manque le plus aujourd’hui, c’est cette dimension mentale, c’est de dire que nous allons faire le travail nécessaire pour que nous soyons de nouveaux les leaders« , a regretté Mme Parisot.

Pour Laurence Parisot, « la principale différence de culture (entre les deux pays) est la capacité qu’ont les Allemands à rechercher le compromis et à éviter le conflit« . « Ils ont une volonté de trouver au final une position commune. C’est cela qui parfois nous manque« , a-t-elle regretté.