Courbit prêt à se séparer de Bettencourt

Le Figaro

Le Figaro

Dans une lettre, l’entrepreneur regrette d’être devenu «une boule de billard» dans une partie qui le dépasse.

«Je suis devenu une boule de billard dans une partie qui me dépasse ». C’est par ces mots que l’homme d’affaires Stéphane Courbit explique dans une lettre à Liliane Bettencourt les raisons pour lesquelles il souhaite rompre le partenariat financier que venaient de conclure le patron de Lov group et l’héritière de l’Oréal. En mai dernier, la milliardaire a investi 143 millions dans le groupe de Stéphane Courbit – un accord dont l’ancien patron d’Endemol souhaite désormais se défaire.

Chargement des commentaires ...