Crise de l’euro : Addition salée pour le contribuable français

50 milliards d’euros, c’est le montant de la facture des aides fournies par la France aux pays de la zone euro en difficultés en 2012.

La crise de l’euro coûte 50 milliards d’euros au contribuable français. Ce chiffre correspond à la part de la France dans le FESF (35,9 milliards) et sa participation dans le MES, le nouveau mécanisme européen de stabilité, qui va verser à la Grèce près de 13 milliards d’euros. Ajoutons aussi  1,1 milliards de prêts directs bilatéraux. Pour autant, la France ne donne pas cet argent, elle garantit les emprunts correspondant, ce qui veut dire qu’elle se porte caution. La Cour des Comptes considère que c’est de la dette mais personne ne se fait d’illusion sur la capacité de récupérer cet argent.