Dans le viseur de Christelle et Pauline : Marc Bolland, Ludovic Delbois et…

Chaque semaine, Christelle et Pauline vous feront partager leurs top 3 des personnalités du monde de l’entreprise ou politique qui sont à la fois les hommes forts de la semaine et… qui les ont séduites.  Cette semaine, elles ont choisi :

3 – Marc Bolland, PDG de Marks&Spencer

Cette nouvelle n’est pas un poisson d’avril ! Dix ans après son départ brutal du territoire (18 magasins fermés et 1 700 salariés licenciés), le groupe de distribution britannique Marks&Spencer annonce son retour en France, avec des magasins et un site Internet, avant Noël 2011. « Marks&Spencer bénéficie d’une grande notoriété en France et occupe une place particulière dans le cœur des clients français», a affirmé vendredi matin Marc Bolland, faisant référence à l’étude indépendante menée par le groupe en novembre dernier qui révélait que 70% des consommateurs français connaissent la marque. Le groupe justifie donc son retour par une attente de la part de la clientèle française. Premier distributeur de vêtements du Royaume-Uni et gérant l’une des premières chaînes de supermarchés alimentaires du pays, Marks&Spencer pourrait bien connaître un « franc » succès…

2 – Ludovic Deblois, fondateur de la start-up SunPartner

Ce jeune chef d’entreprise français présente sa technologie révolutionnaire. SunPartner a développé un film photovoltaïque transparent intégré au téléphone portable qui permet de recharger son mobile grâce à la lumière du jour. L’entreprise a été récompensée lors du salon mondial de l’innovation mobile aux Etats-Unis pour cette innovation française unique au monde. Plus écologique, il réduit les coûts mais ne remplace pas encore la batterie pour autant et jamais en panne. Ce système assure aussi une autonomie complète, ce qui se révèle notamment très utile dans des pays émergents sans électricité ou réseaux. A la suite de son succès au salon à Orlando, SunPartner a fait un buzz mondial en quelques heures. Certain de l’avenir prometteur de cette technologie, Ludovic Deblois, jeune et beau a  l’ambition d’être présent notamment dans tous les téléphones mobiles. Cocorico pour cette invention géniale à ne pas perdre des yeux…ni lui d’ailleurs !

1 – André Santini, président du Sedif et maire d’Issy-les-Moulineaux, et Antoine Frérot, PDG de Veolia Environnement

On aime André Santini, président du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (Sedif), maire d’Issy-les-Moulineaux, et Antoine Frérot, PDG de Veolia Environnement, pour la mise en place d’un programme « Eau solidaire » parce que l’accès à l’eau est essentiel à tout à chacun !
Créé en 1923, le Sedif assure l’alimentation en eau potable de 7 départements d’Ile-de-France (Paris excepté), soit plus de 4 millions d’usagers. Lui et son délégataire Veolia ont décidé en juin 2010 de consacrer 2 millions d’euros par an aux aides sociales contre 37 000 euros auparavant, une initiative majeure passée quasiment inaperçue…
La mesure phare du programme « Eau solidaire » consiste en la distribution de chèques d’accompagnement personnalisé permettant aux usagers les plus démunis de régler jusqu’à la moitié de leur facture d’eau potable, une initiative intelligente à élargir à l’échelle nationale… Cette distribution revient aux centres communaux d’actions sociales, avec une dotation fixe de 1 000 euros ainsi qu’une somme variable en fonction de la situation sociale de la commune. Un tel système permet à la fois de traiter les personnes en difficulté et d’éviter les mauvais payeurs. Pour être concerné, le Sedif exige toutefois que la facture d’eau représente plus de 3% des ressources annuelles du ménage. Et, pour les clients vivant en immeuble (sans abonnement individuel donc), le Sedif a prévu un dispositif complémentaire pour les aider dans le paiement de leurs charges : le Fonds de solidarité départemental du logement (FSL).
Cette mesure anticipe la loi Cambon de 2006, qui donne dès 2012 la possibilité aux services publics d’eau de reverser 0,5% de leurs recettes aux FSL. Le Sedif a voulu être le premier à concrétiser ce droit à l’eau jamais appliqué depuis se création en 2006. C’est un dispositif inédit par son importance. Jusqu’à présent, ce système de chèques eau n’avait été testé qu’à Cergy-Pontoise, toujours par Veolia. La question préoccupe néanmoins les élus. « Il faut tout faire pour que le droit à l’eau soit une réalité », martèle le président du Sedif, André Santini. Dans cette société individualiste, saluons la brillante initiative solidaire de deux hommes de poigne !