Décryptage : Journée noire sur les bourses européennes

2,29%, c’est la perte de l’indice CAC 40 lundi. Une journée noire en particulier pour les valeurs bancaires et industrielles.

Lundi, l’Europe tout entière a plongé dans le rouge. Francfort a perdu 1,94%, Londres, 1,97%, Madrid, 2,66%, Milan, 2,74% et Athènes s’est effondrée une fois de plus de 4,56%.
On peut expliquer cette journée catastrophique par deux phénomènes. Le premier, c’est la crise politique en Grèce qui n’en finit pas. La formation d’un gouvernement parait impossible avec, plus grave, la conviction que de nouvelles élections ne changeront rien quant à l’acceptation des règles de disciplines budgétaires. L’Europe assiste à l’effondrement suicidaire de la Grèce. Deuxième raison, c’est l’Espagne où l’on sent bien que les banques ont du mal à tenir le choc. Elles sont écrasées par les dettes immobilières et doivent trouver des recapitalisations qui les asphyxient. Par contagion, l’ensemble du secteur bancaire en Europe est fragilisé.

Une journée très compliquée qui fut couronnée par une certaine tension sur les marchés obligataires. L’Espagne et l’Italie ont vu leurs taux de risque augmenter. On attend maintenant et avec un peu d’inquiétude, l’adjudication française. Mercredi, la France lèvera 10 milliards d’euros à 10 ans. La rencontre Merkel-Hollande de mardi va peser très lourd sur le climat futur.