Décryptage : « Les marchés seront attentifs en cas d’élection de François Hollande »

Durant la campagne, Nicolas Sarkozy et François Hollande ont très peu indiqué comment il comptait baisser leurs dépenses pour réduire la dette. Des annonces qui sont pourtant importantes, car elles sont le gage de la stabilité de nos taux d’intérêt sur les marchés. Quelles réactions de ces derniers au lendemain de l’élection ?

Pour Dan Sayag, gérant chez Amilton Asset Management, il faut attendre avant de tirer des conclusions. « Les propositions des deux candidats sont intégrées par les marchés et les taux français sont restés stables depuis le premier tour». Selon lui, il faudra «attendre la publication des premiers indicateurs sur les finances publiques françaises pour apprécier la réaction des marchés qui devrait toutefois rester mesurée à court terme». Et de continuer, «les marchés seront évidemment attentifs à l’atteinte ou non des objectifs de réduction des déficits que se sont fixés les candidats, mais également au risque de blocage sur les mécanismes de résolution de la crise en cas d’élection de François Hollande ».

françois hollande, marchés financiers, dette, europe, angela merkel, dan sayag

En effet, le candidat socialiste a exprimé sa volonté de tenir tête à l’Allemagne qu’il accuse de vouloir affaiblir les pays en difficulté  de la zone euro en leur imposant des politiques d’austérité exagérées. «Certaines mesures qu’il propose sont opposées à la position allemande notamment en ce qui concerne l’introduction d’Eurobonds ou encore l’intervention directe de la BCE pour racheter les dettes souveraines des pays en difficulté» souligne-t-il. Les prochains sommets européens seront donc à regarder de près, surtout en cas d’élection de François Hollande. «Il faudra surveiller sa capacité à parvenir à des consensus avec l’Allemagne afin de maintenir un leadership franco-allemand uni dans cette période critique de sortie de crise». Une des modalités nécessaires pour rassurer les marchés financiers et continuer dans les meilleures conditions notre course à la réduction des déficits et à la croissance.