Déficit de la sécu : Médecins, les coupables idéals

L’édito de Jean-Marc Sylvestre. Les médecins sont-ils responsables du déficit de la sécurité sociale ? C’est la question que l’on peut se poser à la lecture d’ une étude publiée dans le Monde mercredi.

Les chiffres de la sécurité sociale pour 2011 viennent de sortir et montrent, une fois de plus, l’ampleur du déficit du régime général. Au total, ce sont 17,4 milliards d’euro c’est un peu mieux que les 18 milliards prévus mais la différence est dérisoire. Pour rappel, en 2010 le trou était de 24 milliards d’euros et en 2007 il n’était que de 9,5 milliards d’euros. La raison principale de ce trou, c’est évidemment la crise : moins de recettes et plus de dépenses.

L’étude publiée par Le Monde est très sévère avec les médecins. Elle explique que la moitié des médecins parisiens facturent la consultation plus chère que le tarif de la sécurité sociale. De plus, ceux qui pratiquent les tarifs les plus élevés travaillent tous dans les hôpitaux de la capitale pour consultations privées : ils cumulent. L’étude met en avant qu’a Marseille ou Montpellier , 90% des médecins respectent les tarifs. Ces pratiques ne sont pas forcément exemplaires mais aucune n’est  illégale. Elles sont tolérées pour que le système garde les talents qui pourraient s’expatrier. Le seul problème c’est que ces pratiques restreignent l’accès aux soins.

Mais, le problème du déficit de la sécurité social ne vient pas de là. Il vient de la surconsommation de médicaments, de l’absence de concurrence dans la pharmacie, de la gestion des hôpitaux et de la dépendance. C’est la fin de vie qui coûte cher. Mais ça, c’est plus difficile à expliquer aux électeurs que de monter du doigt quelques mandarins de la médecine.