Des chiffres qui fâchent : Augmentation des tarifs de l’électricité de 30 %

Pour faire simple, le raisonnement d’EDF est clair. Si la France confirme son choix du nucléaire, il va falloir que les tarifs de l’électricité intègrent le prix de la sécurité. Actuellement, l’électricité est vendue en France 25 % moins chère qu’en Europe, parce que les consommateurs et les résidents profitent de ce que l’on appelle la rente nucléaire : L’état fixe des prix qui permettent aux Français de bénéficier de l’effort nucléaire. Mais EDF dit aussi que si on ne paie pas l’électricité très chère, c’est parce que l’on ne paie pas tout.Si on veut se mettre à niveau des normes de sécurité, EDF va avoir besoin de beaucoup d’argent.

Trois sources d’investissements :

– Un : L’enfouissement des déchets, 30 milliards sur 10 ans

– Deux : La fermeture ou la rénovation des vieilles centrales

– Trois : La construction des centrales EPR

Ces investissements de sécurité devraient entraîner une augmentation des tarifs de 30 % en 5 ans, soit 5 à 6 % par an au lieu de 1 % actuellement. Ce projet va être combattu évidemment par les syndicats et les associations de consommateurs et par les industriels. Sauf qu’ils correspondent à un coût, il nous met d’ailleurs au niveau des prix européens, et dernier argument, il met le nucléaire au niveau proche du prix des énergies alternatives. Si on remonte le prix du nucléaire, le solaire, l’éolien peuvent devenir compétitifs.