EADS : La sortie « très probable » de Lagardère

Le groupe Lagardère a annoncé aujourd’hui sa sortie « très probable » de l’actionnariat d’EADS en 2013. Lagardère détient près de 7,5% des actions du groupe leader en aéronautique. Mais selon les analystes d’Exane BNP Paribas, Lagardère envisageait de vendre sa part depuis longtemps « mais des contraintes internes (lancement de l’A350) et la nécessité de respecter l’équilibre franco-allemand au sein du capital ont rendu cette vente difficile. D’autant plus qu’il n’y a aucun acquéreur français évident ». Cependant, Arnaud Lagardère a estimé que le programme du futur long-courrier A350 ainsi que celui de l’avion de transport militaire A400M, était bien engagé.

Pour le PDG, la vente de ses actions EADS représente un moyen de réaliser une grosse cession et ainsi de distribuer un super-dividende aux actionnaires de son groupe, dont lui-même. Il détient près de 10% des actions de Lagardère et cette vente lui permettrait d’alléger sa dette personnelle qui atteint les 400 millions d’euros. Toutefois, selon les sources industrielles,  les banques créancières de Lagardère interdisent la distribution de ce super-dividende avec le produit de la cession d’actifs majoritaires. Ce dernier ne pourra provenir que de la vente de participations minoritaires et surtout d’EADS, qui représente près de 60% de la capitalisation boursière de Lagardère.