EPR de Flamanville : la note s’allonge de 2 milliards d’euros

Le réacteur nucléaire de Flamanville devrait être mis en service en 2016. C’était d’ailleurs une promesse du candidat Hollande, qu’il tient à respecter. « Nous sommes maintenant dans une phase où 93% des travaux de génie civil – du gros-oeuvre – sont réalisés (…). Et le calendrier maintenant d’une ouverture en 2016 sera tenu » a confirmé Delphine Batho, ministre de l’écologie. Mais c’était sans compter l’annonce d’EDF, qui a augmenté la facture de … 2 milliards d’euros. En partie à cause des problèmes et retards subis par le chantier. C’est l’élément déclencheur d’une opposition écologiste et associative. « Les écologistes ne sont pas contre tout, mais sur l’EPR, comme sur la liaison ferroviaire Lyon-Turin d’ailleurs, il faut savoir revenir à la raison : le projet est indéniablement un puits financier sans fond » explique Jean-Philippe Magnen, porte-parole d’EELV. Le gouvernement parle quant à lui de « coûts au point de départ sous-évalués » et se refuse à abandonner le projet.