Espagne : Les banques ont besoin de 40 milliards

40 milliards d’euros, c’est le montant de l’aide dont vont avoir besoin les banques espagnoles pour rééquilibre leurs comptes.

Les banques espagnoles ont besoin de 40 milliards d’euros. D’une part pour compenser une partie des pertes qu’elles ont subi dans l’immobilier mais aussi pour qu’elles puissent fonctionner normalement. Ce chiffre a été établi par les service du FMI. Il sortira en début de semaine et fait déjà peur à tout le monde. A titre de comparaison, 40 milliards d’euros c’est pratiquement l’équivalent des impôts sur le revenu  que l’on collecte en France.

Si dans les jours à venir une grande banque espagnole ferme ses portes parce qu’elle fait défaut, des faillites en cascades sont à prévoir. Il faut donc très rapidement colmater ces brèches. Normalement, c’est au gouvernement espagnol de renflouer ses banques. Mais il ne peut pas le faire. Il ne peut même pas emprunter de l’argent sur les marchés. C’est pour cette raison que tout le monde s’attend, et souhaite, que le gouvernement lance un appel au secours auprès des européens. Officiellement, il s’y refuse. Trop humiliant.

Pourtant, il se murmure que le gouvernement devrait se réunir pour formuler une demande d’aide à Bruxelles. Problème, ces derniers n’ont pas les moyens de faire face. Il va donc falloir entamer un processus de réforme des mécanismes européens. Pour renforcer les moyens de sauvetage, le FESF, le MES, la BCE, le FMI a déjà dit qu’il ne mettra plus un euro. On revient donc à cette éternelle question: Qui paye et à quelles condition ? L’Allemagne à des réponses. Angela Merkel a passé sa semaine à les donner : discipline budgétaire, contrôle, harmonisation politique… On commence à connaitre la chanson. Pas sur que les pays membres l’acceptent, à commencer par l’Espagne.