Espagne : Les chiffres d’une réalité économique et sociale catastrophique

24,44%, c’est le taux de chômage en Espagne au 1er trimestre 2012. Un chiffre qui traduit une situation catastrophique.

Le phénomène s’amplifie chez les 16-24 ans, où le taux de chômage atteint 52%. Imaginez-vous le traumatisme. En Espagne, 2 millions de familles sont au chômage et ils vivent de prestations sociales dont les organismes sont en train de faire faillite. On aurait aujourd’hui plus de 184 milliards d’actifs immobilier non remboursés. Les banques n’ont jamais été aussi fragilisées. Autre données inquiétante, c’est la note dégradée par l’agence de notation S&P à BBB+ avec perspective négative. Cela signifie qu’avec une telle note, l’Espagne aura du mal à trouver de l’argent. L’Espagne est désormais dans une spirale désastreuse.

Pour s’en sortir, tous les observateurs disent qu’il faut faire de la croissance. Evidemment, mais la vrai réflexion, c’est de savoir comment en faire. Si l’on savait, on le ferait partout en Europe depuis longtemps. En attendant de découvrir la potion magique, le nouveau Premier Ministre Espagnol essaie de créer les conditions pour que l’économie de son pays reparte. Les conditions, elles sont très simples. Il faut faire le ménage dans le budget, libérer les initiatives mais tout le monde sait que cela demandera du temps et que ça ne suffira pas. Il faudra forcement d’une manière ou d’une autre des aides européennes. Mais aussi une restructuration de la dette, une décision extrêmement grave à prendre parce que derrière, ça ruine les banques, les épargnants et les retraités.