Europe : Il va falloir que chacun range sa chambre

L’édito de Jean-Marc Sylvestre. Lors du mini-sommet à Strasbourg, Angela Merkel, Nicolas Sarkozy et Mario Monti ont annoncé qu’ils allaient présenter une réforme des traités européens et qu’ils ne toucheront pas à la BCE.

L’Europe est une grande famille. C’est même une famille recomposée où presque plus personne ne range sa chambre. C’est le bazar. Les grands-parents qui ont fondé l’Europe en ont marre de ranger et de payer pour les autres, notamment la grand-mère allemande. Alors, avec la France et l’Italie ils ont décidé de rédiger un nouveau règlement.

Il faudra faire valider ses budgets à Bruxelles, tenir ses engagements budgétaires et les décisions ne seront  plus prises à l’unanimité. Elles seront prises à la majorité qualifiée. Les petits pays ne pourront plus bloquer  le fonctionnement de la zone euro. On entre de plein pied dans une logique fédéraliste qui conduit à une convergence des politiques budgétaires et fiscales. A partir du moment où ces disciplines sont respectées, il n’y aura aucun problème pour que la BCE intervienne et fasse son travail de banquier en dernier ressort. La BCE à besoin de garanties.

Il faut du temps.

Cette réforme demandera deux ou trois ans parce qu’il faudra obtenir l’adhésion des peuples. En attendant, l’Europe aura dix fois l’occasion d’exploser. Ce qui calmera le jeu c’est la preuve du changement avec un FMI qui pourrait servir de pompier dans la période transitoire. C’est un chantier considérable, mais l’Europe n’a pas le choix.