Explications : Le taux record des emprunts italiens

6,52%, c’est le taux d’intérêt à dix ans imposé à l’Italie pour emprunter. Un taux historiquement haut.

Pourquoi un état emprunte-t-il ?

Tous les jours, tous les pays empruntent de l’argent sur le marché international de l’épargne. Ils empruntent pour payer leurs factures, leurs salaires et rembourser des vieilles dettes. Tous les jours le taux d’intérêt qui est fixé, mesure l’état de risque dans lequel est l’emprunteur. Le taux d’intérêt est plus élevé quand l’emprunteur est malade ou se comporte mal.

Que se passe-t-il en Italie ?

Aujourd’hui, le taux demandé à l’Italie n’a jamais été aussi élevé. Jamais l’Italie n’avait inspiré autant d’inquiétude. 6.52%, c’est le tarif qui était demandé à l’Irlande, au Portugal ou encore à l’Espagne la veille du jour où ces pays ont été obligés de sonner à la porte du FMI et de l’UE. Ça veut dire que l’Italie est entrée dans l’antichambre du diable. Cette situation est imputable à l’état de l’endettement italien qui est lourd, mais supportable si les taux étaient sages.

La faute à qui ?

Ce taux aussi élevé est surtout dû à la présence de Sylvio Berlusconi. Personne ne croit en ce qu’il dit ou ce qu’il promet. Aucun des plans qu’il a présenté depuis un an n’a été appliqué. Cette situation a déjà eu deux conséquences.

D’une part la précipitation de la publication du plan Fillon. La France pouvait suivre le même chemin. D’autre part, la condamnation de Sylvio Berlusconi. L’homme coûte de plus en plus cher à l’État italien. Les seuls moments où les bourses en Europe sont remontées, c’était en milieu de journée. Mais ce n’était pas grâce au plan Fillon. Pendant que le premier Ministre français parlait, on a dit que Sylvio Berlusconi allait démissionner. La rumeur a été démentie, la fièvre est remontée.