FMI : Le jeu des 1000 milliards

1000 milliards de dollars, c’est la capacité supplémentaire de prêt que le FMI envisagerait de mettre à la disposition de l’Europe.


La rumeur des 1000 milliards a circulé sur les marchés financiers toute la journée de mercredi et a soutenu les cours depuis ce matin à Tokyo en passant par Wall Street, sans parler des bourses européennes. C’est une somme énorme et les informateurs très anonymes, se disant proche de Mme Lagarde, sont venus nous expliquer que le FMI allait trouver cet argent auprès des pays émergents : Le Brésil, la Chine, l’Inde… Des pays qui ont tout intérêt à ce que l’Europe ne se brise pas.

Mais c’est possible ?

C’est plausible et crédible même. La semaine que nous vivons est la semaine de tous les dangers pour l’Europe. D’une part, les agences de notation sont énervées.  D’autre part, les prévisions économiques sont très mauvaises et la négociation sur la dette en Grèce a repris ce soir mais personne ne voit d’issue.

Lucas Papademos continue d’expliquer que son pays ne pourra pas rembourser ses créanciers. Lesquels créanciers qui ont déjà passé plus de 60 % de pertes, ne veulent pas aller plus loin. A la limite, certains disent qu’il faudrait que la Grèce se déclare en faillite. Dans ce cas, ils feraient jouer les assurances. Si la Grèce fait défaut, elle sortira de l’euro, et la facture que devront payer les assureurs dépassera le prix d’un Tsunami. D’où la probable intervention du FMI qui reconnait ce soir   que les besoins sont de 1000 milliards et qu’il va augmenter sa capacité de prêts de 500 milliards de dollars.  Pour les européens tout cela est très humiliant. Si le FMI joue aux pompiers c’est bien parce que les européens sont décidément incapables d’éteindre les incendies eux même. Humiliant et lamentable.