France-Allemagne : Un rapprochement, trois intérêts

L’édito de Jean-Marc Sylvestre. Rencontre entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy lundi à l’Elysée et conseil des ministres avec la Chancelière. Une visite riche en symboles. Qu’est ce que cela veut dire ?

Ça veut dire qu’il y a, à terme, l’idée de constituer une union économique et politique entre la France et l’Allemagne. Ca peut paraitre utopique ou impossible mais tout converge vers cette évolution. La France de Nicolas  Sarkozy est en train de décrocher de la compétition internationale . Elle a besoin du modèle allemand pour revenir dans la course. L’Allemagne, elle, a plus que jamais besoin de l’appui de la France pour protéger son dynamisme international.

Les intérêts sont liés pour trois raisons :

– Les Français et les Allemands se ressemblent beaucoup plus qu’ils ne le croient. Ils ont le même revenu (34.000 dollars par habitant), la même population, la même protection sociale, les mêmes dépenses de santé et d’éducation et le même endettement global (77% et 72%). Nous avons aussi le même nombre d’entreprises mondiales.

– Il existe des divergences enrichissantes. L’histoire, la culture, la géographie ont façonnées des comportements différents mais dont la complémentarité devrait être exploitée. La rigueur d’un côté, l’imagination de l’autre.

– Il existe, en revanche  des divergences que chacun des deux pays aurait intérêt à gommer. L’Allemagne a une compétitivité bien meilleure que la nôtre, d’où notre déficit commercial et notre chômage. Ce qui explique la suprématie économique insolente de l’Allemagne. Il faudrait donc qu’on travaille plus, qu’on baisse nos frais généraux de services publiques et que l’ on diminue le coût du travail. Il faudrait aussi que l’on regarde le fonctionnement de leurs syndicats. Parallèlement à cela, l’Allemagne a besoin du marché français. Elle a besoin de la couverture nucléaire française et de beaucoup d’équipements collectifs qu’elle ne paie pas à son juste prix.

La France peut s’inspirer du modèle allemand mais l’Allemagne doit impérativement importer ce qu’il y a de meilleur dans le modèle français.