General Motors pourra aider Peugeot dans le low cost

7%, c’est la part du capital de Peugeot que pourrait acheter General Motors.

L’alliance stratégique entre les deux groupes devrait être officialisée lors du salon de Genève, la semaine prochaine. Le groupe PSA a besoin d’un second souffle. La marque est en surcapacité de production en France, faible dans le haut de gamme, en retard dans l’électrique. De plus, elle ne gagne pas d’argent hors de l’Europe, en Chine, en Amérique latine et en Russie. C’est là que se trouvent les marchés porteurs. Contrairement à Renault-Nissan, PSA n’a pas réussi sa mutation et a donc besoin d’être épaulé.

General Motors est-il le bon partenaire ?

Sur les marchés émergents sans doute. GM peut emmener Peugeot sur le créneau du low cost, mais en Europe, Opel filiale de GM a les mêmes handicapes. Pas assez de haut de gamme et surtout beaucoup trop d’usines. La crainte de tout le monde, c’est que l’alliance se traduise par une cure d’amaigrissement général voire d’une bagarre au sein du capital. Ce serait la première fois que la famille Peugeot accueillerait des étrangers… et que pour s’entendre avec le clan de Montbéliard, ce n’est pas facile.