Grèce : Les banques se vident, le risque de faillite approche

800 millions d’euros, c’est la somme que les Grecs retirent de leur banque chaque jour depuis lundi. Les Grecs craignent une faillite du pays, moyennant quoi ils risquent de précipiter la chute et de transformer l’inquiétude en panique générale.

Les Grecs  vident leurs comptes en banque. Ils ont déjà retiré 3 milliards d’euros depuis le début de la semaine soit, en trois mois, la coquette somme de 60 milliards d’euros. Quant aux expatriés, ils auraient déménager prés de 300 milliards d’euros. La population grecque, qui majoritairement voudraient rester dans la zone euro, estime que les prochaines élections vont encore renforcer le poids des extrémistes de droite et de gauche qui ne veulent pas respecter les engagements de réformes. Par conséquent, il deviendra évident que les institutions européennes ne pourront plus payer les aides s’il n’y a pas de garantie de gestion sérieuse.

Le pays va donc continuer sa lente asphyxie. La BCE ne veut plus prêter d’argent aux banques grecs parce qu’elles sont dans l’incapacité d’apporter des contreparties. Résultat, le système va manquer de liquidités très rapidement d’où la précipitation de ces pauvres grecs qui veulent récupérer leur argent. Ils se disent que si la Grèce sort de l’euro, tous les avoirs bancaires seront dévalués de 50% ou 100%. Les euros qu’ ils récupèrent seront sauvés. Il y a donc un risque évident de rupture de liquidités pour les banques Grecs. Le scénario serait terrible : Panique incontrôlable et risques de contagions rapides en Espagne et en Italie.

Il n’y a que les européens qui puissent apporter des garanties de paiement. Mais on ne peut pas non plus leur demander de payer. Le nouveau Ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, a indiqué que la Grèce doit rester dans l’euro, mais il n’a pas précisé que le contribuable français allait payer les factures.