Hollande détaille ce que serait sa première année à l’Elysée

François Hollande a publié mercredi un « agenda du changement » résumant l’ensemble des mesures qu’il compte mettre en œuvre dans les premiers mois après son arrivée à la présidence de la République, s’il est élu le 6 mai.

Les Français « veulent des décisions rapides et précises« , a déclaré le candidat PS sur RTL.
« Nous allons agir vite et en cohérence », a-t-il ajouté, promettant des mesures à la fois pour l’emploi, le pouvoir d’achat et la maîtrise des finances publiques. Cet agenda détaillé consultable sur le site francoishollande.fr paraît à la veille de la présentation du projet du principal adversaire du député PS, le président sortant Nicolas Sarkozy.

Sont ainsi citées la réduction de 30% des rémunérations des ministres et du chef de l’État et la signature d’une « charte de déontologie » plafonnant les effectifs des ministères. Autre mesures immédiates de celui qui se présente comme un « candidat de gouvernement » : l’augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire, effective dès septembre 2012 et le blocage pour trois mois des prix du carburant. Un décret pris « après concertation des partenaires sociaux » prévoit la création d’une caution solidaire pour permettre aux jeunes d’accéder à la location. La plafond du Livret A et du Livret d’épargne industrie, successeur de l’actuel Livret de développement durable, seront doublés et leur rémunération garantie supérieure à l’inflation.

Au chapitre international, François Hollande concrétisera sa volonté de renégocier le traité européen de discipline budgétaire en transmettant « fin mai » aux autres pays de l’Union un « mémorandum détaillé proposant un pacte de responsabilité, de croissance et de gouvernance pour modifier et compléter le Traité de stabilité et réorienter la construction européenne« . Au chapitre « combattre les injustices« , François Hollande confirme le départ à la retraite à 60 ans des personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et ayant suffisamment cotisé depuis. Un décret annoncé pour fin mai limitera de 1 à 20 l’éventail des rémunérations dans les entreprises publiques.

Entre le 3 juillet et le 2 août serait présenté au Parlement le projet de Loi de programmation pluriannuelle des finances publiques fixant la trajectoire du retour à l’équilibre budgétaire en 2017. La suppression de la TVA sociale, appelée « TVA Sarkozy » dans le document, est aussi annoncée pour cette période.

(Avec Reuters)