Hollande ne s’en sortira pas

Par Jean-Marc Sylvestre. Cette semaine François Hollande est arrivé au bout du bout du mur des réalités. Le voyage commercial qu’ il a fait en Inde , les discours et la conférence de presse ont bien montré qu’il était arrivé au cœur de ses contradictions.

Il a tenu des propos hyper réalistes que n’importe quel chef d’État sérieux aurait tenus. Il s’est montré pragmatique, responsable, assumant la réalité de la mondialisation de la concurrence internationale et promettant aux Indiens l’accès libre au marché français et aux échanges de technologie. C’était du Pascal Lamy pur sucre. Pascal Lamy étant encore aujourd’hui le directeur de l’OMC, grand architecte et grand régulateur de la mondialisation. Bref Angela Merkel , Mario Monti , David Cameron ou même Nicolas Sarkozy n’auraient pas fait mieux. Les chefs d’entreprise français qui étaient du voyage sont rentrés ravis. Ravis, oui sauf qu’’à Paris changement de décor. Ce discours est en parfait décalage par rapport à ce qu’ il a toujours dit en France, décalage aussi par rapport aux propos de ses ministres.

Il ne faut quand même pas prendre les autorités indiennes pour des autistes. Ils savent bien que le discours dominant toute la campagne présidentielle a été un discours protectionniste.

Ils savent bien que le président s’est fait élire sur un programme de combat contre la finance internationale, contre le capitalisme étranger. Ils savent aussi qu’en France le ministre de l’Industrie a condamné les délocalisations, prôné le nationalisme industriel et, cerise sur le gâteau, les Indiens ont quand même bien su qu’on avait quasiment traité l’un des leurs de voyou incapable de tenir ses engagement. « Plus jamais de Mittal en France » avait on dit à Florange.

Alors les Indiens comme les Occidentaux savent bien que la démocratie oblige parfois à tenir deux langages différents mais pas à ce point. Et même si la politesse indienne et les intérêts sous-jacents leurs ont fait accepter ce cinéma, que peuvent dire et penser les électeurs socialistes qui ont voté et espéré le programme de Hollande. Depuis, le président de la République se contorsionne verbalement dans tous les sens pour essayer d’expliquer qu’il faudra désormais faire le contraire de ce qu’il avait annoncé. Et bien ça ne passera pas .

François Hollande ne peut plus se cacher ou gagner du temps. La situation française va devenir intenable. Économiquement c’est désastreux. Politiquement c’est la révolte assurée. Trois raisons :

La première raison nous est donnée par les indicateurs économiques. Pas de croissance, de la dette et du chômage. L’entreprise France est au bord de la cessation de paiement. Le business plan n’existe plus. D’abord parce que le pays comme toute l’Europe est au cœur d’une crise économique et financière historique. Ensuite parce que le gouvernement n’a pas engagé les reformes structurelles qu’il aurait fallu engager pour éviter de s’effondrer et avoir une chance de se redresser. Enfin parce que le pays est bloqué. Tous les acteurs capables de produire de la richesse, donc de la croissance, donc des outils de sortie de crise sont complètement paralysés depuis juillet 2012. Ils ont été matraqués fiscalement et injuriés socialement. Dès la campagne présidentielle, les cadres du Parti socialiste et François Hollande se sont mis en tête de faire payer les riches, d’accuser les patrons de s’enrichir indûment, de bannir les chercheurs, les artistes, les cadres, les investisseurs, les créateurs d’entreprises et même les jeunes diplômés de grandes écoles. On a diabolisé tous ces acteurs qui sont logiquement les locomotives économiques du système en les considérant comme des voyous profiteurs. Qu’il y ait des voyous parmi le patrons sans doute, mais il y a surtout des maladroits. Pour un Carlos Ghosn qui n’est pas très habile dans sa communication mais qui répond comme il peut au harcèlement de Arnaud Montebourg qui veut des exemples, il y a énormément de patrons qui n’osent même plus aller au bureau avec leur voiture parce que c’est une Audi ou une Mercedes.

Le résultat  de cette chasse aux  pseudo riches, en les accusant de tous les maux de la Terre,  c’est qu’on les a découragé.

Les plus malins, les plus riches et les plus cyniques sont partis travailler à l’étranger. La grande majorité des autres ont bloqué les projets et arrêté les machines. Dès l’été 2012, ils ont commencé à préparer des budgets 2013 à la baisse. D’où la récession. D’où la descente aux enfers dans les indices de 2013. L’activité s’est aujourd’hui arrêtée dans un climat complètement plombé. Les deux secteurs qui sont des vrais marqueurs de climat se sont arrêtés les premiers. Le bâtiment et l’immobilier d’un côté, l’automobile de l’autre.

Le gouvernement a dit que la situation était mauvaise, (c’était vrai ) mais plutôt que de faire immédiatement un diagnostic et prendre des mesures de redressement, il a préféré lister les coupables et chercher les bouc-émissaires. Ce faisant les membres du gouvernement ont accusé de la gravité de la crise tous ceux qui étaient capables de redresser la situation. Les chefs d’entreprise ont donc baissé les bras pensant que l’orage allait passer. L’orage a grossi pour ressembler à un cyclone. Du coup la situation s’est détériorée encore plus.

La 2e raison de l’incapacité de François Hollande à reprendre la main tient à son positionnement politique. La situation d’aujourd’hui est aggravée par une déficit de confiance, par ces discours débiles et radicaux  qui ont démoli l’équilibre des modèles économiques. Si le raisonnement tient la route, il suffirait de peu de choses pour redresser la situation. Il suffirait que François Hollande change de discours et de comportement. Si François Hollande parlait à Paris aux chefs d’entreprises français le même langage que celui qu’il tenait à Delhi à l’adresse des dirigeants indiens, les choses évolueraient très rapidement parce que quoi qu’on dise les fondamentaux sont bons. Tous les chefs d’entreprises ne se sont pas exilés. Beaucoup  d’étudiants de grand talent sont prêts à revenir à Paris si on leur reconnaissait un droit à la compétitivité, à la création d’entreprise et à la liberté d’agir.

La 3e raison est la conséquence des deux précédentes. François Hollande ne pourra pas faire et assumer ce revirement.

Il essaie avec des gens comme Louis Gallois ou Didier Migaud de la Cour des comptes, mais il est sans doute un peu trop tard. Le mécontentement au sein de ses partisans est tel, qu’il est obligé de composer. Sinon il perd sa majorité et ses appuis. Il a déjà commencé à les perdre. Le problème c’est qu’il n’a pas de solutions politiques. La situation est devenue non seulement difficile mais potentiellement dangereuse. Le peuple de France est régicide. François Hollande passe l’heure de vérité et ça passe mal.