Impôts : Le gouvernement a besoin de 10 milliards

10 milliards d’euros, c’est le montant des augmentations d’impôts que le gouvernement proposera de faire voter dès le mois de juillet.

Si le gouvernement veut respecter ses engagements de réduction de déficit, il va devoir augmenter les impôts dès le mois prochain. Le gouvernement n’en parle pas trop mais il travaille en expliquant qu’il lui faut corriger les erreurs et les injustices de l’équipe précédente. Ces 10 milliards, on va les trouver en relevant le plafond de l’ISF, en augmentant les droits de succession et supprimant l’exonération de charges sur les heures supplémentaires. A cela, on ajoutera une série de mesures visant à accroitre la fiscalité des grandes entreprises. Le gouvernement songe aussi à abroger la hausse de TVA dite TVA sociale, mais on garderait la hausse de la CSG sur les revenus du capital.

Il ne sera donc pas très compliqué de trouver rapidement  10 milliards d’euros de recettes supplémentaires. Reste à savoir si cela sera suffisant compte tenu du ralentissement de la croissance. De l’autre côté des Alpes, le gouvernement italien cherche lui aussi 10 milliards de recettes. Pourtant Mario Monti se refuse à augmenter à nouveau les impôts et compte s’y prendre autrement. Il vient d’engager un programme de privatisation. Au menu, ventes massives d’immeubles, d’entreprises publiques et de terrains. L’ objectif, vendre pour 10 milliards d’euros cette année et plus globalement pour 200 milliards d’euros en 5 ans. De quoi éponger une grande partie de la dette italienne. Une méthode que François Hollande n’a pas rapportée en France.