INSEE : La pauvreté s’aggrave et touche 13% des Français

Selon l’INSEE, la crise a accru les inégalités. Ceux qui sont en dessous du seuil de pauvreté fixé par l’Insee à 954 euros a augmenté pour toucher 1 français sur 7.

Ils sont plus de 8 millions  à vivre avec un RSA, un minimum vieillesse ou une indemnité de chômage, soit 13% des français. Retraités, étudiants et sans emplois mais aussi de plus en plus de travailleurs indépendants, petits commerçants et artisans.

On a beau dire que la France a amorti le choc de la dépression, que les prestations sociales ont permis de minimiser les laisser pour compte, ça ne va pas consoler les victimes de cette situation. D’autant plus, qu’au même moment, les plus riches réclame de payer plus d’impôts.

Quand on sait que les plus riches gagnent plus de 500.000 euros par ans, que les plus pauvres 10.000 euros, c’est 40 fois plus : Cherchez l’erreur.

Cette situation a deux conséquences :

– C’est humainement insupportable. Donc ça n’est pas socialement  acceptable  et politiquement, ça nourrit toute la démagogie possible.

– La pauvreté a cette échelle, alimente une économie du low-cost. Quand on gagne si peu d’argent, le seul moyen de s’en sortir c’est la débrouille, le travail au noir et la chasse aux petits prix. D’où la multiplication des  soldes, des rabais de toutes sortes et des produits génériques. Mais le low-cost, entraine la pauvreté, parce que cette situation pousse les entreprises à abaisser les coûts de production. D’ou les importations chinoises, les délocalisations et le chômage.

La seule solution pour s’en sortir, est de retrouver de la croissance et des vrais emplois.