iPhone 5 4G : Quand Bouygues Télécom déclenche la colère de ses concurrents

Souvenez-vous, c’était au siècle dernier : en 1997, Bouygues Télécom se lançait et révolutionnait la téléphonie mobile -un peu comme Free quatorze ans plus tard- en inventant le forfait prépayé. A l’époque, l’armée et la télévision occupant encore une large partie du spectre radio, Bouygues avait du lancer son réseau de téléphonie mobile sur des fréquences différentes de ses concurrents, le 1800 Mhz, quand SFR et Itinéris (ancêtre de Orange) utilisaient la bande des 900 Mhz. Bouygues Télécom en avait fait un argument commercial (appelant son réseau « DCS 1800 »), prétendant que le 1800 Mhz permettait de mieux couvrir les batiments, et d’obtenir un meilleur son (le fameux son HDR).

Quinze ans plus tard, les fréquences 1800 Mhz de Bouygues Télécom couvrent 95 % du territoire français, mais sont largement sous utilisées, Bouygues ayant eu le droit quelques années plus tard d’utiliser des bandes en 900 Mhz, libérées par d’autres utilisateurs du spectre.

Et voici qu’arrive l’iPhone 5, terminal compatible avec la 4G, technologie permettant des transferts de données 5 à 10 fois plus rapides qu’avec la 3G. Avec un bémol : en Europe, suivant en cela les recommandations de la Commission Européenne, les réseaux 4G sont déployés sur les bandes 2800 et 800 Mhz, quand l’iPhone ne supporte que la bande des 1800 Mhz pour la 4G, comme aux Etats-Unis. Vous devinez aisément la suite : Bouygues Télécom, en quelques mises à jour logiciel et réglages, est capable de proposer d’ici quelques semaines un réseau entièrement 4G compatible avec l’iPhone 5 (et les autres terminaux 4G fonctionnant sur la bande des 1800 Mhz), ce qui fait hurler ses concurrents. Orange et SFR ont en effet payé 1 milliard d’euros chacun pour obtenir de nouvelles fréquences dédiées à la 4G. SFR affirme que cela détruirait 5000 emplois dans son « écosysteme ». 

Bouygues, qui a sollicité le gendarme des télécoms français, l’ARCEP, attend une réponse, en croisant les doigts pour obtenir le droit d’utiliser rapidement tout ou partie de son réseau 1800 Mhz pour la 4G. Pendant ce temps là, ses concurrents poussent leurs feux pour déployer leur réseau 4G dans les bandes prévues à l’origine, 2800 et 800 Mhz. Et menacent d’attaquer Bouygues Télécom et l’Etat si les 1800 Mhz passent à la 4G. La Commission Européenne, pour ne rien arragné, a recommandé récemment aux régulateurs européens d’autoriser le déploiement de la 4G sur la bande des 1800 Mhz, voyant que la plupart des constructeurs (l’européen Nokia ne faisant plus le poids pour imposer une « norme » au reste du monde des télécoms, désormais dominé par les Coréens, les Américains et les Chinois) lançaient des terminaux 4G fonctionnant dans la bande des 1800 Mhz… Et puis, que ne ferait on pas pour pouvoir faire plaisir et séduire les utilisateurs d’iPhone ?

Retrouvez d'autres articles sur le site de notre partenaire Économie Matin