Italie : Les taux d’emprunt franchissent un nouveau record

Le taux d’intérêt de l’Italie a franchi aujourd’hui un nouveau record. Malgré la démission de Berlusconi, les marchés ne semblent pas être confiants sur l’évolution de la situation du pays.

7%, c’est le taux d’intérêt demandé à l’Italie aujourd’hui pour emprunter de l’argent à 10 ans. C’est plus de trois fois ce que les Français ou les Allemands paient. On l’a déjà expliqué, plus les taux sont élevés, plus on considère que les risques sont graves pour le pays qui emprunte. A 7%, on estime que l’endettement devient insupportable. La Grèce, le Portugal, l’Irlande ou encore l’Espagne ont basculé  le jour où les taux ont franchi le rubicon des 7%. On s’en souvient, ces pays avaient été dans l’obligation d’appeler le SAMU. Le SAMU, c’est Bruxelles ou le FMI de Christine Lagarde.

La démission de Berlusconi ne calme pas les marchés.

La sortie annoncée de Sylvio Berlusconi n’a pas suffi à désamorcer la crise. Du coup, c’est à nouveau  la panique dans toutes les capitales y compris à New-York. Pourquoi ? Parce que si l’Italie ne peut plus emprunter, l’Europe ne pourra pas venir à son secours. Sa dette est trop lourde pour un FESF qui n’est pas en état de fonctionner. Donc l’hypothèse d’un écroulement de la zone euro alimente à nouveau les scénarios de la crise.

Que faut-il faire ?

Que Sylvio Berlusconi parte tout de suite et n’attende surtout pas deux ou trois mois. Ensuite, il faut nommer un technicien dans la même veine que Mario Monti qui est sans doute le seul à pouvoir restaurer la confiance. Enfin, il faut préparer le plan de redressement. Mais pour cela, il faut compter avec les forces politiques.